Citizen Eye

Benoît Delbecq et François Houle


Benoît Delbecq et François Houle © Laurent Poiget

JPEG - 166.9 ko

En 1987, Benoît Delbecq participe, comme étudiant, à la fameuse académie de Banff en Alaska. Parmi les professeurs, le guitariste Tony Wilson. Quelques années plus tard, de passage à Vancouver, Benoît Delbecq est invité à un barbecue par Tony Wilson. Joëlle Léandre est parmi les convives et elle présente à Benoît un musicien canadien, originaire du Québec et vivant à Vancouver, le clarinettiste François Houle. Cette anodine et sympathique circonstance est le début d’une longue amitié entre le pianiste et le clarinettiste, amitié qui produira de nombreuses rencontres, émaillées de concerts et d’enregistrements, tous très passionnants et imposant avec évidence la complicité des deux artistes qu’illustre cette photo.
Elle fut prise le 17 juin dernier, dans ce lieu magnifique qu’est le 19, Paul Fort à Paris, où nos deux hommes donnaient un concert en compagnie de deux autres musiciens de Vancouver, le guitariste et oudiste Gordon Grdina et le batteur Kenton Loewen. Est-il nécessaire d’écrire que ce fut un moment magique qui marqua tous ceux qui y assistèrent ? Les musiciens eux-même ressentirent l’euphorie qui accompagne ces moments où toutes les planètes sont alignées… Un disque a été gravé par cette formation, Ghosts Lights, disponible sur le label Songlines et il est à l’image du concert.

François Houle (cl), Benoît Delbecq (p, prep p, e-bass), Gordon Grdina (g, oud), Kenton Loewen (dm)