Colloque international - Esthétique(s) Jazz

Esthétiques Jazz : « La scène et les images » 1ère édition - Colloque international

Vendredi 22 et samedi 23 novembre

au Musée Dapper (Paris XVIe) - entrée libre

Fenêtre ouverte sur la recherche en arts du spectacle, au cœur du Festival Cinejazz, « Esthétiques jazz : la scène et les images » est une manifestation scientifique conçue et organisée par le laboratoire SeFeA/ IRET de Paris 3 Sorbonne Nouvelle en collaboration avec le festival et en résonance avec sa programmation. « Ecriture et improvisation » sera le thème de l’édition 2013, édition conçue en partenariat avec l’Université Rennes 2 et l’équipe de recherche Arts : pratiques et poétiques.

Il s’agira, en quatre temps, de réfléchir aux liens qu’entretient l’improvisation jazzique tant avec l’écriture cinématographique qu’avec l’écriture dramatique et scénique. Liens parfois conflictuels, puisque l’improvisation est, par définition, ce qui résiste à la fixation, à l’écrit. C’est pourtant bien là, au cœur de cette collision d’ordre esthétique – mais également poétique, politique et philosophique, voire technologique – que se joue peut-être une réinvention des formes.

Responsabilité scientifique : Sylvie Chalaye, Pierre Letessier, Université de la Sorbonne Nouvelle et Laboratoire IRET.
Coordination : Raphaëlle Tchamitchian et Pénélope Dechaufour. Comité scientifique : Gilles Mouëllic, Pierre Letessier, Sylvie Chalaye, Catherine Naugrette, Alexandre Pierrepont , Yannick Séïté.

Institut de Recherche et d’Études Théâtrales de Paris 3 - Sorbonne nouvelle
Vendredi 22 et Samedi 23 novembre

Musée Dapper
35, rue Paul Valéry, 75016 Paris
Métro : Victor Hugo (ligne 2), Charles-de-Gaulle-Etoile, Nation (lignes 1 et 6) Bus : Paul Valéry, Victor Hugo (lignes 52 et 82)

Entrée libre


PROGRAMME

VENDREDI 22 NOVEMBRE

MATIN

9h Accueil

9h15 Discours d’ouverture
Mme Christiane Falgayrette-Leveau (Présidente de la Fondation Dapper), Mmes Isabelle Lambert et Myriam Solvès (Directrices de Cinéjazz Paris), M. Carle Bonafous-Murat, (Vice-Président de la Commission Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3), M. Joseph Danan (Co-directeur de l’IRET), Mme Catherine Naugrette (Directrice de l’Ecole Doctorale Arts & Médias), M. Gilles Mouëllic (Directeur de l’Equipe : Arts : pratiques et poétiques de Rennes 2), Mme Sylvie Chalaye (Responsable du laboratoire SeFeA)

Projection : Nemasco (2011) 6mn25, film de Jean-Louis Bompoint

9h30 Conférences
Présidence de séance : Catherine Naugrette (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)
Ecrire l’imprévisible, conférence inaugurale de Gilles Mouëllic (Rennes 2)

Dramaturgie et improvisation : comment l’improvisation travaille la dramaturgie, comment elle crée du drame. Il s’agira d’analyser cette dramaticité portée, dès les débuts du cinéma, par le pianiste de salle au temps du muet et habitant le plateau de théâtre à travers des dispositifs plastiques et sonores : question de rythme, de souffle, de respiration, de mouvement… Son, scène, théâtralité, image et mouvement se conjuguent et donnent l’illusion du drame.

10h15
Projections : Free radicals (1958) 4mn10, film de Len Lye
Aleph (1958-76) 7mn42, film de Wallace Berman

Conférences :

  • Avec ou sans jazz. De quelques stratégies d’improvisation dans le cinéma expérimental par Eric Thouvenel (Rennes 2)
  • L’univers du Blues chez Kossi Efoui : un « mojo » dramaturgique par Pénélope Dechaufour (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Projection : Broadway by light (1958) 10mn, de Wiliam Klein (extraits)

Débat et pause

11h15
Projection : extraits de L’instrument à pression de David Lescot.

L’improvisation comme illusion du drame : Table ronde animée par Sylvie Chalaye
Avec David Lescot (dramaturge), Eric Vinceno (musicien) et Jean-Pierre Lemouland (réalisateur et producteur) Philippe D’Aram (compositeur)

APRÈS-MIDI

Jazz en écriture : écrire le jazz, écrire par le jazz, écrire jazz… Il s’agira d’interroger la relation improbable du jazz à l’écriture scénique, dramatique ou cinématographique. Comment l’improvisation inhérente au jazz (se) joue de l’écriture. « Coudre, découdre… en découdre » dit Enzo Cormann, rechercher la friction, le contact, « trompéter » la langue…

15h
Films noirs d’Enzo Cormann (Extraits)

Conférences
Présidence de séance : Alexandre Pierrepont (Paris 7)

  • Que dit-on quand on dit d’un écrivain qu’il improvise ? par Yannick Séité (Paris 7)
  • L’auteur dramatique en jazzman : les enjeux esthétiques d’une posture par Virginie Soubrier (Paris IV)
  • Suzan-Lori Parks : une esthétique jazz par Raphaëlle Tchamitchian (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Meetic Lulu – Jazz - Une performance du Collectif C 4 par Chantal Dervieux, Thomas Resendes et Pierre Izabert

Débat et pause

17h
Mise en voix : Habiter la frontière de Léonora Miano par Roselaine Bicep

Ecrire jazz ?
Table ronde animée par Virginie Soubrier
Avec Koffi Kwahulé (dramaturge), Franck Medioni (journaliste),
Yvan Amar (journaliste), Isa Armand (metteur en scène)

18h Pause

19h30
Les formes infinies incarnent la beauté
(Spectacle musical - ATTENTION PAYANT 20/10/8€)
La danseuse Priscilla Marrero (Miami, États-Unis), le sculpteur et cinéaste Ferrán Martín (Valence, Espagne) et le compositeur- saxophoniste Matthew Evan Taylor (Boston, États-Unis) ont créé un programme interdisciplinaire qui questionne l’héritage de l’architecte suisse Le Corbusier dans le film The Emerald House. La soirée finira sur une improvisation libre.

21h
Bord de scène
avec Isabelle Lambert, Raphaëlle Tchamitchian et l’équipe artistique.

SAMEDI 23 NOVEMBRE

MATIN

L’improvisation à l’ère du numérique : dans un monde de la création où la place des machines est de plus en plus multiforme depuis l’avènement du numérique, reste-t-il encore une place pour l’improvisation ? La « réactivité numérique » a-t-elle permis l’exploration de nouvelles formes d’improvisation ? Au coeur de notre réflexion sur les relations entre improvisation et techniques, pensées ici dans le double-sens de savoir faire et de (nouvelles) technologies, ces questions concerneront autant les pratiques musicales, scéniques, théâtrales que cinématographiques.

9h30
Projection : extrait du film de The Connection (1962) de Shirley Clarke

Conférences :
Présidence de séance : Romain Piana (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

  • Imprévu et improvisation dans les programmes numériques par Antony Masure (Paris 1)
  • Trouver le lieu du geste et de l’improvisation : ce que le numérique déplace dans le cinéma d’Abdellatif Kechiche par Anne Brouillet, (Rennes 2)
  • Improvisation, jeu d’acteur et dispositifs numériques par Rachel Rajalu, (Rennes 2).

Débat et pause

11h15
Projection : extraits du making off du film Entre les murs (2008) de Laurent Cantet,

Improvisation, techniques, technologies
Table ronde animée par Gilles Mouëllic
Avec Robin Campillo (cinéaste, monteur et scénariste), Gérard Assayag(responsable de l’équipe Représentations musicales de l’Ircam), Jean-François Peyret, (metteur en scène), David Koperhant (programmateur musical) et Philippe Michel (enseignant-chercheur, Paris 8).

APRÈS-MIDI

L’improvisation comme marronnage : Le jazz est à l’origine un acte de résistance et de transgression de musiciens noirs : une façon de dire le rapport à la perte et de réinventer en permanence une identité délibérément instable. Il s’agira de s’interroger sur la posture identitaire que peut représenter le jazz au cinéma ou au théâtre, et surtout de voir comment cette « hérésie intrinsèque au jazz » (Kwahulé) fonctionne comme un impératif esthétique qui oblige le cinéma comme le théâtre à se remettre en cause et à se réinventer perpétuellement.

14h30
Mises en voix d’extraits : Frères de son de Koffi Kwahulé, La Philosophie du Blues de Philippe Paraire par Roselaine Bicep

Conférences :
Présidence de séance : Brent Edwards (Univ. de Columbia)

  • Esthétique jazz, pied de nez et escamotage dans les expressions scéniques et plastiques des diasporas afro-descendantes par Sylvie Chalaye (Paris 3)
  • Hellzapoppin : de l’improvisation à la performance, le jazz comme altérité au service du nonsense par Pierre Letessier (Paris 3)
  • Quand les Belles de jazz se font la belle par Fanny Leguen (Paris 4)
  • Autour de John Edgar Wideman… par Alexandre Pierrepont (Paris 7)

Débat et pause

17h00
Projection : Tout va bien en Amérique de David Lescot (extraits)

L’improvisation comme espace de liberté
Table ronde animée par Emmanuel Parent
Avec Kossi Efoui (dramaturge), D’ de Kabal (comédien slameur), Christian Béthune (chercheur), Philippe et Michaël Paraire (écrivain et éditeur).

Boeuf de clôture