Scènes

Jazz à Vienne 25/6/10 : Kühn/Bekkas/Lopez

Joachim Kühn et son trio en préambule multicolore et sans frontières du 30ème « Jazz à Vienne ».


Joachim Kühn et son trio en préambule multicolore et sans frontières du 30ème « Jazz à Vienne ».

A trois, ils s’essaient à une quadrature du cercle : définir une sorte de point musical idéal méditerranéen enfoui quelque part entre les Alpilles et l’Andalousie. Le tout face à un public en début de week-end venu d’abord (et uniquement ?) fêter Paolo Conte, attendu à 22 h 15.

Les trois ? Joachim Kühn, qui a déjà quelque chose d’auguste pilier de la scène jazz, et dont les itinéraires nous servent de fil d’Ariane à travers les soubresauts des dernières décennies. Ramon Lopez aux percussions, facétieux et énergique, et Majid Bekkas, réservé et attentif, plus souvent à la guembri, une basse à 3 cordes, qu’à l’oud ou au kalimba.


JPEG - 37.2 ko
Photo J.-L. Chauveau

Il y a certes un côté « tendance » dans ces alliances de sons et d’inspiration. Et tout l’art du trio - un de plus - est précisément ici de justifier une sorte de sublime convergence en constant renouvellement. Le trio et sa démarche sont connus : la rencontre de ces artistes a egendré l’an passé à même époque Out of the Desert, bel album qui porte bien son nom et dont plusieurs thèmes, repris ce vendredi 2 huillet 2010, ont enchanté la soirée.

Le plus étonnant reste la richesse infinie de l’ensemble : loin de contraindre chaque musicien à se fondre dans un melting pot convenu, le trio les pousse à une émancipation constante et sans limites. Passant du piano au sax, Kühn balaie large. Lopez alterne entre tabla à droite et charleston à gauche ; enfin, Bekkas introduit, avec un oud magnifiquement sonorisé, une nonchalance recueillie qui va parfois jusqu’à éclipser même le piano.

Résultat ? Le public venu applaudir le crooner s’est peu à peu laissé séduire par cette construction complexe aux multiples facettes : bonheur de retrouver Kühn au saxophone, Bekkas au chant, après avoir trituré, avec brio, la kalimba… et au final, un concert sans frontières, virevoltant, entre jazz et autres musiques, classique, orientale, free, entre calme et tempête, le tout servi par trois musiciens d’exception.

par Jean-Claude Pennec // Publié le 5 juillet 2010
P.-S. :

Jazz à Vienne 2010, le programme :

  • Vendredi 25 juin : Paolo Conte, Joachim Kuhn
  • Samedi 26 juin : Dorado Schmitt, Paco de Lucia
  • Dimanche 27 juin : Liz Mc Comb
  • Lundi 28 juin : Regina Carter, Manhattan Transfer
  • Mardi 29 juin : Brad Mehldau, Wayne Shorter
  • Mercredi 30 juin : Dee Dee Bridgewater, Mademoiselle China (China Moses), Raphael Lemonnier
  • Jeudi 1er juillet : Esperanza Spalding, Joe Cocker
  • Vendredi 2 juillet : Chucho Valdès, Monty Alexander
  • Samedi 3 juillet : Joe Bonamassa, Malted Milk
  • Lundi 5 juillet : Manu Katché, Michel Portal
  • Mardi 6 juillet : Carlinhos Brown, Mart’nalia
  • Mercredi 7 juillet : Angelique Kidjo
  • Jeudi 8 juillet : Elvis Costello, Diana Krall
  • Vendredi 9 juillet : Bilal, Bobby McFerrin, Lee Fields, Piers Faccini, Robert Glasper, Spok Frevo, Vincent Segal
  • Samedi 17 juillet : Norah Jones