Photo Reportages

Lady M de Marc Ducret à la Dynamo

Marc Ducret puise parfois son inspiration dans la littérature. C’était le cas avec Tower, inspiré par le roman Ada de Nabokov, et c’est maintenant le cas avec Lady M qui trouve son origine dans la folie somnambulique de Lady Macbeth. Dans la pièce de Shakespeare, les sorcières avaient une grande importance. Dans la musique de Marc Ducret, c’est lui le sorcier, qu’il s’empare de sa petite Vendramini ou de son imposante Burns à douze cordes ou, mieux encore, qu’il s’attable devant une autre Vendramini pour en tirer des sons étranges à l’aide de toutes sortes d’objets.
Mais les spectateurs de La Dynamo auront aussi pu être ensorcelés par la voix de contre-ténor de Rodrigo Ferreira ou par la voix de soprano de Léa Trommenschlager, deux magnifiques chanteurs plus accoutumés aux scènes classiques et aux grands opéras qu’aux lieux où se trame l’improvisation.
Quant aux autres compagnons d’aventure, ce sont tous des grandes figures des musiques créatives à forte teneur en improvisation, qu’ils partagent la scène souvent avec le leader, ou qu’ils soient de compagnonnage plus récent.
Quoiqu’il en soit, ils s’illustrèrent tous par des contributions pertinentes à cette musique sombre et frappante, la parsemant de solos ou de duos d’anthologie. Bref, une soirée stimulante, et des perspectives d’avenir pour ce projet qui n’a sans doute pas fini d’évoluer.

Catherine Delaunay (cl), Joachim Florent (cb), Léa Trommenschlager (voc), Marc Ducret (g, comp), Régis Huby (vln), Rodrigo Ferreira (voc), Sylvain Bardiau (tp, flh), Sylvain Darrifourcq (dm)

Cliquez sur une image pour l'agrandir ou accéder au diaporama.
Reproduction interdite.

par Laurent Poiget // Publié le 6 août 2017