Chronique

Lou Tavano

For You

Lou Tavano (voc), Alexey Atsancheeff (p), Arno de Casanove (tp), Maxime Berton (ss, ts), Alexandre Perrot (b), Ariel Tessier (dm)

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

Enfin !

Lou Tavano et ses musiciens, notamment son compagnon pianiste, Alexey Asantcheeff, livrent les fruits d’un travail acharné de recherche musicale combinant des univers sensibles que l’on aurait cru à jamais parallèles. C’est pourtant la magie du jazz que d’opérer la combinaison de Bali avec la pulse latine de « Afro-Blue » (le standard de Mongo Santamaria est ici plus onirique que jamais, réminiscence d’un séjour indonésien), et surtout le trop rare assemblage du swing (rehaussé par une section de soufflants tous plus exceptionnels les uns que les autres, en particulier Maxime Berton dans ses incursions au saxophone soprano) et du lyrisme slave.

De fait, la plupart des compositions sont signées par le couple leader qui, loin de dédaigner les incursions soul voire rap (« Rest assured »), ou même blues (très émouvant « It’s a girl » sur la naissance d’une fille) n’en cherche pas moins à captiver l’attention de l’auditeur en donnant à sentir un vaste univers steppique, avec forces métriques impaires qui abolissent tout repère et projettent dans l’infini.

Quelques balises pop (« For You », délicieusement tubesque) ou classiques, et surtout, la voix éthérée de Lou Tavano, guident le passage entre les mondes précédemment évoqués, nous ramenant dans des univers de chanson délicieusement « parigots » (la valse « L’artiste »). Ah ce timbre vocal qui nous fait survoler tant d’univers… une telle préciosité est si rare ! Qui plus est lorsqu’elle s’appuie sur des textes à l’écriture finement ciselée – jusqu’à la composition d’Antoine de Casanove, trompettiste poète. Une section rythmique à l’avenant s’empare du propos collectif pour faire de ce disque un superbe compagnon de nostalgie et de joie mêlées.