Chronique

Thelonious Monk

Les Liaisons Dangereuses 1960

Thelonious Monk (p), Charlie Rouse, Barney Wilen (ts), Sam Jones (b), Art Taylor (dm), 27 juillet 1959

Label / Distribution : Sam Records

Ce double disque (pour ceux qui ont eu la chance de mettre la main dessus lors du Disquaire Day [1]), ou double CD, sera très vite aux Liaisons Dangereuses 1960 de Roger Vadim ce que la bande musicale des Stances à Sophie, par l’Art Ensemble de Chicago, fut à ce film par ailleurs assez nul. Et Les Liaisons, pour laisser voir et entendre Gérard Philipe et entrevoir quelques tétons ou naissances des dits, n’en reste pas moins un film modeste d’un cinéaste mineur, mais excellent testeur de son époque, il faut le reconnaître.

Alors quoi, quand et comment ? Je vous laisse découvrir les notes d’Alain Tercinet, elles vous disent tout. La musique ? Passionnante de bout en bout, mais vous le savez déjà si vous avez supporté les lignes qui précèdent. Donc deux petits faits pour achever de vous convaincre. D’abord la présence de Barney Wilen sur deux titres, un Barney qui venait de jouer à Newport, et qui ne s’était donc pas déplacé tout exprès (correctif de nombreuses légendes) ; il reste somme toute discret dans ses interventions, mais bien démarqué de Rouse. Ce dernier bien plus émouvant par le son et le phrasé que quelques mois plus tard où il sera rodé, et un rien indifférent.

Et enfin ce dernier titre, un making-of de « Light Blue » qui dure 14 minutes, où Monk essaye d’expliquer à un Art Taylor imperturbable de patience et de gentillesse, ce qu’il attend de lui sur ce morceau. A dire vrai, la façon inarticulée dont Monk parle (et qui contraste fort avec sa musique) désarmerait et irriterait quiconque. Pas Art Taylor, respectueux et appliqué à tenter les figures qu’on lui indique.
Une merveille, messieurs les preneurs de son, d’avoir gardé ça…


JPEG - 80.5 ko

par Philippe Méziat // Publié le 28 mai 2017

[1Les disquaires participants ne se sont pas précipités sur ce magnifique double LP, signe que pour eux, en général, le jazz n’est pas une musique marchande.