Tribune

2009, l’année des commémorations en jazz

Certaines terminaisons sont frappées d’un sort historique ou funeste ; c’est le cas du chiffre 9.
En matière de jazz, de son histoire sociale et musicale, les années en 9 regorgent de faits marquants.


Certaines terminaisons sont frappées d’un sort historique ou funeste, c’est le cas du chiffre 9.
En matière de jazz, de son histoire sociale et musicale, les années en 9 regorgent de faits marquants. C’est l’occasion de faire un petit tour dans le temps, un voyage numérologique sans autre intérêt que de dresser l’inventaire, sélectionné arbitrairement – sans souci d’exhaustivité – de ces différents événements.

Afin de rendre ce voyage divertissant, les anniversaires ont été regroupés par genre, et quelques exceptions à la règle - les 25è et 75è anniversaires - font partie de la liste.

Nous célèbrerons donc, cette année 2009, les anniversaires de naissance suivants (et pour que cela reste festif, fêtons les morts comme les vivants !) :

Duke Ellington et Mezz Mezzrow fêteront leurs 110 ans !

Benny Goodman, Lionel Hampton, Gene Krupa, Art Tatum, Lester Young et Johnny Mercer passeront centenaires.

Art Blakey et Lennie Tristano souffleront 90 bougies.

Chet Baker, Bill Evans, Cecil Taylor, Maurice Vander, Jimmy Cobb et Ray Barretto fêteront leurs 80 balais.

Manu Dibango, Gato Barbieri, Abdullah Ibrahim, Don Ellis, Curtis Fuller, Jimmy Garrison, Shirley Horn, Steve Lacy, Stanley Turrentine, René Urtreger, Cedar Walton et LeRoi Jones auront 75 ans.

Andrew Cyrille, Enrico Rava et Luther Allison auront 70 ans.

Michael Brecker, Marc Fosset et Enrico Pieranunzi franchiront le cap des 60 ans.

Nous pourront fêter le jubilé de Dennis Chambers, Eric Barret, Emmanuel Bex, Bruno Chevillon, Antoine Hervé, Nguyen Lê, Marcus Miller.

Les nouveaux quadras seront James Carter, Roy Hargrove, Joshua Redman.

Quant aux petits jeunes, il leur faudra patienter jusqu’en 2019 pour figurer sur cet almanach…


JPEG - 39.1 ko
Cette année, célébrons également les 50 ans du nudisme en Allemagne communiste !

Quelques faits marquants de l’histoire du jazz se sont également déroulés lors d’années en 9.

C’est le cas, il y a 90 ans, de l’ouverture de la fabrique de cymbales Zildjian aux USA, et de la fondation, il y a 70 ans, du label Blue Note par Alfred Lion. On fête les 75 ans de l’ouverture de l’Apollo de Harlem et de la fondation du magazine Down Beat. L’inauguration du club Birdland à New York et l’ouverture du premier Festival international de jazz à Paris se sont déroulé en 1949, année où Boris Vian devient Rédacteur en chef du magazine Jazz News. Dix ans plus tard, le club Ronnie Scott’s ouvre ses portes à Londres et les Cahiers du Jazz sont fondés en France. En 1969, le maire de New York décide que le 26 mai sera désormais le Duke Ellington’s Day tandis qu’en France sont fondés les labels BYG et Futura, pour témoigner du foisonnement de l’avant-garde. Depuis 25 ans maintenant, nous écoutons les productions du collectif M’base et nous nous rendons au Festival Banlieues Bleues. En 1989, on ne passe pas à côté de l’Histoire : révolte de Tienanmen en Chine, bicentenaire de la Révolution en France, chute du Mur de Berlin, chute des dictateurs Pinochet et Ceausescu… aucun rapport, mais cette année-là est lancé le premier Concours International de piano jazz Martial Solal. Il y a dix ans, souvenez-vous, naissait la radio TSF Jazz

Sur le plan musical, discographique et cinématographique, les années en 9 ont été particulièrement généreuses…

1939 : enregistrements de « Body and Soul » par Coleman Hawkins et « Strange Fruit » par Billie Holiday.

1949 : Enregistrement de « Les oignons » par Sydney Bechet et Claude Luter, des séances Birth of the Cool par Miles Davis Nonet, de « Willow Weep For Me » par Art Tatum (chez Capitol).

1959, année de tous les jazz ! Enregistrement des albums essentiels :

The Shape Of Jazz To Come et Change Of The Century par Ornette Coleman

Giant Steps par John Coltrane

Kind Of Blue par Miles Davis

Ah Hum par Charles Mingus

Sortie au cinéma de films aux bandes originales déterminantes :

A bout de souffle (Godard / Martial Solal) ; Autopsie d’un meurtre (Preminger / Duke Ellington) ; Des femmes disparaissent (Molinaro / The Jazz Messengers) ; Les liaisons dangereuses (Vadim / The Jazz Messengers) ; Shadows (Cassavetes / Charles Mingus) ; Un témoin dans la ville (Molinaro / Barney Wilen).

1969 : Enregistrement des albums Mu de Don Cherry et In A Silent Way & Bitches Brew de Miles Davis.

1989 : Sortie du film sur Thelonious Monk, Straight No Chaser (Charlotte Zwerin)

1999, année des albums aux noms très courts : Sud (S. Luc, J.M. Jaffet, A. Ceccarelli) ; Time (Prysm) ; Fluide (B. Trotignon)

Enfin, as time goes by, cette année est l’occasion de commémorer quelques disparus chers au monde du jazz…

Il y a 90 ans était assassiné James Reese Europe (à 39 ans), le leader du premier orchestre de jazz à jouer en France, à Nantes en 1918.

Il y a 70 ans disparaissait le batteur Chick Webb (à 30 ans).

C’est le 50è anniversaire de la mort de Sydney Bechet, Lester Young, Billie Holiday et Boris Vian !!

Il y a 40 ans Paul Chambers et Coleman Hawkins nous quittaient.

Il y a 30 ans, c’est Charles Mingus qui partait.

Il y a 20 ans, John Cassavetes, Irving Berlin ( à 101 ans !) et Roy Eldrige disparaissaient.

Il y a 10 ans déjà mouraient Lester Bowie, Jaki Byard, Milt Jackson et Michel Petrucciani.

Beaucoup de travail attend les spécialistes, amateurs et journalistes de jazz qui voudraient réveiller quelques souvenirs et commémorer dignement ces cohortes d’ancêtres illustres. Deux déjà font l’objet de bruissements dans les médias : Boris Vian et Billie Holiday… tant mieux pour le jazz, nous avons de temps en temps besoin de ces coups de projecteur impromptus

Bonne année, donc…

par Matthieu Jouan // Publié le 19 janvier 2009
P.-S. :

Cette compilation anecdotique a été réalisée grâce à la lecture assidue du livre de Philippe Baudoin Une chronologie du jazz, Editions Outre Mesure.