Chronique

Andy Emler MegaOctet

A Moment For

Andy Emler (p), Claude Tchamitchian (b), Eric Echampard (dms), François Thuilllier (tu), François Verly (Mar, Perc), Laurent Dehors (ts), Guillaume Orti (as), Philippe Sellam (as), Laurent Blondiau (tp).

Label / Distribution : La Buissonne / Harmonia Mundi

Ce qui frappe d’emblée avec le MegaOctet, c’est l’espace que sa musique génère. Tout comme cet incroyable son d’ensemble dans lequel personne n’est à l’étroit, et surtout pas l’auditeur. C’est comme une vaste cour de récré. Chacun s’y amuse, occupe le terrain, varie sa position, passe sans détour du centre aux abords, sans trop d’intention, pour le plaisir partagé. Un tourbillon dans une fontaine de jouvence.

Ce collectif porté par Andy Emler forme un bloc solide mais non policé, dans lequel chaque personnalité est indispensable. L’air(e) de jeu repousse ses propres limites par une habile variation de pression. Ainsi les bourdonnements du tuba de François Thuillier sur « Dirty mood...so », ou les vagues onduleuses et puissantes par lesquelles Eric Echampard ouvre « Flight Back and... » peuvent tour à tour se démarquer lors d’instants lumineux, puis permettre à l’ensemble de s’y glisser comme dans un manteau, et faire corps.

Touchés par ces ravissants enfantillages, il nous est proposé de prendre un moment pour rêver, et laisser nos pensées se déployer dans cet espace particulier. Un jeu que suggère le méditatif « A Moment For... », si porteur qu’il devient l’idée maîtresse du disque. Les vases communiquent et la démarche est collective ; elle nous pousse vers une spontanéité au moins aussi sincère que cette musique qui n’est fort heureusement jamais sérieuse.


Regarder le reportage photo de l’enregistrement de ce disque