Chronique

Anthony Jambon Group

Precious Time

Camille Passeri (tp, flh, xylophone), Anthony Jambon (g), Joran Cariou (p), Swaéli MBappé (elb), Martin Wangermée (dms, xylophone) + Inor Sotolongo (perc), Bastien Picot (voc), Marie Jouis (vln), Guillaume Latil (cello)

Label / Distribution : Klarthe Record

C’est à la tête d’un « Group » qu’Anthony Jambon présente son premier disque. Ce guitariste, porté à notre attention par l’excellent groupe Awake qu’il co-dirige avec Romain Cuoq, propose ici un répertoire constitué de huit titres à tiroirs que les musiciens dont il s’est entouré développent avec altruisme et engagement. Car si ces pièces cinématographiques sont émaillées de solos, la gestion collective des flux et des couleurs interpelle en premier lieu.

L’indéniable talent d’instrumentiste d’Anthony Jambon s’efface derrière l’habileté avec laquelle il conçoit et donne vie à ces compositions généreuses, souvent soumises à des ruptures rythmiques ou des mises en tension à la faveur desquelles les thèmes sont projetés, belles arches mélodiques portées par une rythmique dynamique et mouvante. Le groupe semble concentrer ses énergies pour mieux les délivrer, jouant de sa large palette à laquelle contribuent plusieurs invités. La voix de Bastien Picot (un chanteur dont le travail personnel est à découvrir) est souvent mise à contribution pour donner aux thèmes une dimension onirique, les cordes de Marie Jouis et Guillaume Latil, apportent des textures soyeuses et Inor Solotongo participe à l’effort rythmique, en soutien de l’énergique binôme Swaéli MBappé / Martin Wangermée. Joran Cariou agit sur tous les fronts, par ses accords moelleux, ses ostinatos obsédants et ses phrases jaillissantes. Le guitariste réserve à Camille Passeri de beaux espaces au sein desquels le trompettiste évolue sans empressement mais avec un goût sûr. Trompette et guitare sont souvent accolées dans l’interprétation des mélodies et cela impacte l’esthétique de la formation car leurs deux sonorités mêlées rappellent ici et là les sons vintage des synthétiseurs utilisés par les groupes de jazz-rock, le kitsch en moins.

Si le propos est davantage tourné vers les dynamiques fortes et les effets d’entrainement, le guitariste a disposé, outre les passages calmes dont les morceaux ne sont jamais dépourvus, deux ballades qui sont autant de respirations dans ce disque dense. Il y privilégie la guitare acoustique, la rythmique est contenue et chacune de ces deux chansons s’écoule paisiblement, montrant la capacité du guitariste et de son groupe à s’exprimer simplement, sans artifices. « Home » et « Life » ont ceci de remarquable qu’elles sont régies par des procédés narratifs épurés, contrairement aux autres morceaux où dominent les montages rythmiques complexes, les ruptures et les contrastes d’intensité. Une abondance d’informations que la lisibilité des arrangements et la beauté des thèmes rendent fort heureusement parfaitement digeste. Chaque pièce est un voyage, une histoire, une petite épopée enthousiasmante.

Anthony Jambon est un guitariste très intéressant, c’est entendu. Precious Time éclaire avant tout son talent de raconteur d’histoires. C’est plus rare, donc d’autant plus précieux.