Entretien

Bastien Stil

Bastien Stil vient de publier, à la tête du Spirit Of Chicago Orchestra, un disque fort réussi.

Photo : Laurent Poiget

Chef d’orchestre de musique classique, mais souvent sollicité quand il s’agit de diriger des oeuvres qui mettent en scène et en présence orchestres symphoniques et solistes de jazz (Wayne Shorter, Dianne Reeves), Bastien Stil vient de publier, à la tête du Spirit Of Chicago Orchestra, un disque fort réussi, qui reprend l’ensemble des morceaux joués et chantés dans le célèbre film Singin’ In The Rain. Il nous a semblé intéressant de lui poser quelques questions.

- Le Spirit Of Chicago Orchestra vient de publier son nouveau disque, sous le titre Singin’ In The Rain. Depuis combien de temps cet orchestre existe-t-il ?

L’orchestre, sous cette forme (la formule de « base » est de 11 musiciens, comme l’essentiel des orchestres de danse de ces années là, de 1922 à 1936) s’est constitué en 2003. Nous jouions déjà avec une formule à 8 précédemment (les plus anciens ont commencé en 1985) mais toujours avec la volonté d’interpréter des arrangements très écrits.

- Comment vous est venue cette idée, de jouer le répertoire des orchestres de danse de ces années-là ?

L’élément véritablement déclencheur du Spirit of Chicago Orchestra est ma découverte des « stock charts » et la possibilité de s’en procurer directement outre-atlantique, soit par Ebay, soit auprès de collectionneurs. Il n’y a toujours pas de bibliothèque consacrant une section véritablement complète réunissant tous les stock charts. J’avais bien vu passer de temps en temps certains de ces arrangements en France, mais de manière très anecdotique, et aucun orchestre français ne les jouait. Il n’y a toujours que des orchestres jouant des relevés des enregistrements les plus emblématiques et marquants de l’histoire du jazz (Fletcher Henderson, Louis Armstrong, Duke Ellington, etc). L’aspect « pop commerciale » des stock charts et le systématisme de leur structure, pour satisfaire au mieux l’attente du public de danseurs auxquels ils étaient destinés, ayant rapidement dissuadé les collectionneurs fans de hot jazz de les jouer, je présume. Pour l’anecdote, à peine 10% des titres que je possède apparaissent dans le « Baudoin », sorte de Real Book du hot jazz. Mais ma formation classique me rend peut être plus sensible au travail d’écriture que chacune de ces petites pépites représente, indépendamment de leur qualité « jazzistique ». C’est donc par pur plaisir (jouer le stride est mon « hobby » pianistique depuis mon adolescence) que nous nous sommes réunis pour jouer et explorer ce répertoire des stock charts.

- Comment définir les stock charts ?

Pour ce qui est des stock charts, effectivement aucune traduction à ma connaissance. La formule évoque peut être la quantité astronomique de titres qui ont été traités ainsi… Ils sont aussi appelés « dance band arrangement » ce qui est plus explicite.
En revanche aucune obligation de les jouer straight. Leur particularité est seulement qu’ils sont très formatés dans leur forme éditée, pour éviter les mauvaises surprises aux orchestres de danse qui bien souvent déchiffraient les morceaux au fur et à mesure le soir même (sur certaines partitions un peu plus difficiles il est clairement stipulé que le morceau doit être répété avant !)
De ce fait, pour se démarquer, certains orchestres, lorsqu’ils enregistraient ces arrangements, les enrichissaient ou modifiaient leur forme. Voilà, je ne sais pas si c’est plus clair pour autant !

Spirit Of Chicago Orchestra. Photo Loïc Séron

J’ai découvert l’histoire de la genèse du film Singin’ in the Rain

- Un processus qui a dû demander du travail ?

J’ai tout d’abord emmagasiné du répertoire, en recherchant les enregistrements les plus proches des stock charts proposés à la vente. J’ai alors compris l’organisation de cette industrie et l’utilisation qui était faite de ces partitions. La danse mais aussi les enregistrements - les orchestres personnalisaient alors plus ou moins ce qui était édité - et surtout la diffusion radiophonique. Toutes ces recherches me ramenaient toujours au cinéma musical. L’essentiel des thèmes sont issus de films ou dessins animés. J’ai alors découvert l’histoire de la genèse du film Singin’ in the Rain de 1952, et le projet de retrouver les stock charts qui avaient évidemment été faits à l’époque s’est donc imposé !
Mais à la différence des morceaux que je me procurais d’habitude, il me fallait trouver une setlist bien précise… Là les choses se sont corsées car, comme dit plus haut, il n’y a pas aux USA de bibliothèque rassemblant les stock charts publiés.

- Et alors ?

Ce fut un long travail de recherche auprès de particuliers ou encore dans une bibliothèque du fin fond du Minnesota. J’ai pu rassembler la moitié du répertoire seulement… Jusqu’au jour où la New York Public Library a mis en ligne sur son site la totalité des titres légués par l’orchestre de la CBS pour la période 1920-1950, mais uniquement consultable sur place ! J’ai ainsi pu compléter le répertoire, qui plus est avec l’orchestration complète. Bien souvent il ne reste que les parties obligées, le reste, inutilisé, étant souvent perdu. Or cela représente souvent : 1 trompette, 1 trombone, 1 sax, 2 violons, alto, violoncelle, flûte, hautbois, clarinettes, bassons et cors !! J’ai essayé, dans la mesure du possible, de faire jouer les orchestrations complètes. Quant aux structures, j’ai effectué le même travail qu’à l’époque en suivant quelques enregistrements originaux : ainsi les morceaux n’ont pas systématiquement la même forme et peuvent mettre un peu mieux en valeur le chanteur ou les solistes.

- Bon, mais trouver les musiciens pour jouer ça ?

Ils viennent pour moitié du « monde » classique et pour moitié du « monde » du jazz. C’est ce qui nous a mené chez le label Klarthe qui conjugue ces deux influences dans leur catalogue et qui me semblait plus en adéquation avec ce projet. J’ai souhaité avoir comme soliste invité mon cher ami Stéphane Guillaume. L’idée de le voir évoluer là où on ne l’attend pas m’amusait assez et, comme d’autres musiciens de grand talent qui sont déjà venus jouer dans nos rangs (François Théberge ou Laurent Dehors par exemple), il a évidemment pleinement la culture de cette période. Nous comptons beaucoup sur ce CD comme outil de promotion, bien sûr. Car la formule est malaisée à vendre, bien que nous puissions réduire l’effectif jusqu’à 13 musiciens sans complètement perdre notre âme…
Et notre activité ne s’arrête pas aux concerts puisque depuis plusieurs années maintenant nous sommes partie prenante du retour de ces danses lors de grandes soirées comme le « Jazz roots festival » de la Bellevilloise ou les « Paris-Follies » de la Coupole. C’est d’ailleurs là que l’on se rend compte de la terrible efficacité des stock-charts !
Nous n’avons pas encore de vidéo de promotion, les seules existantes sur Youtube ne concernant que notre précédent album.
Quant à mon activité, depuis plus de 5 ans, elle est de nouveau orientée vers la direction symphonique essentiellement. Je joue encore sporadiquement avec Laurent Dehors, bientôt Pierre de Bethmann, ou parfois les frères Belmondo, mais la direction me laisse peu de temps.