Bientôt le Marly Jazz Festival

La 14e édition du Marly Jazz Festival se déroulera du 17 au 20 mai.

À quelques kilomètres de Metz, la petite ville de Marly commence à frémir comme chaque année au mois de mai. La musique va passer au premier plan avec un festival de courte durée dont l’édition 2018 met à l’affiche plusieurs grands noms en première partie desquels alternent coups de cœur et/ou soutien aux artistes locaux.

Lors d’un récent entretien, Patrice Winzenrieth, directeur artistique du Marly Jazz Festival rappelait que l’élaboration d’une telle manifestation était l’occasion pour lui d’un arbitrage entre ses propres passions, l’agenda des musiciens, la contrainte économique (il faut par exemple qu’un musicien américain soit en tournée) et l’écoute des désirs du public, avec en permanence ce doute qui habite les programmateurs soucieux comme lui de concilier exigence et satisfaction du plus grand nombre. « Le doute est nécessaire, c’est parce qu’on se pose toujours des questions qu’on doute… » Pas si facile lorsqu’il s’agit de trouver une formule satisfaisante, entre exigence et succès populaire, qui puisse être concentrée en quatre soirées.

Quoiqu’il en soit, la grande salle du NEC (Nouvel Espace Culturel) qui abrite le festival depuis quelques années va pouvoir vibrer en communion avec quelques grands noms qui promettent de faire de l’édition 2018 un excellent cru. Enrico Pieranunzi, John Scofield, Hugh Coltman et Stanley Clarke devraient en effet attirer un public nombreux et mettre en lumière les musicien.ne.s assurant leurs premières parties. Celles-ci accorderont aux voix une place prépondérante : celles des Glossy Sisters par exemple, ou de la contrebassiste chanteuse franco-colombienne Eléonore Diaz Arbelaez, dont le nom de scène est Ëda, ou encore de Valérie Graschaire invitée par le trio du saxophoniste Pierre Cocq-Amann. À noter que le jazz manouche s’immiscera dans le Marly Jazz Festival à deux reprises : d’abord avec la diffusion du film Django d’Étienne Comar (avec Reda Kateb et Cécile de France), puis avec le quartet de Julien Petit au sein duquel s’illustre le guitariste Pipiss Haag.

Le programme :

  • Jeudi 17 mai : The Glossy Sisters / Enrico Pieranunzi Quartet
  • Vendredi 18 mai : Julien Petit Quartet / John Scofield Group
  • Samedi 19 mai : Ëda / Hugh Coltman
  • Dimanche 20 mai : PCA Organ Trio invite Valérie Graschaire / The Stanley Clarke Band

Chaque soirée est précédée à 19 heures d’un concert gratuit qui met en avant des formations locales, en provenance notamment des Conservatoires de Nancy ou Metz.

Informations et réservations :

Quelques disques pour aller plus loin :

  • The Glossy Sisters : Babillages (2016)
  • Enrico Pieranunzi : New Spring (2017)
  • Julien Petit Quartet : Rue Mazelle (2017)
  • John Scofield : Country For Old Men (2016)
  • Ëda : Ëda (2017)
  • Hugh Coltman : Who’s Happy ? (2018)
  • PCA Organ Trio invite Valérie Graschaire : Tribute To Ella (2016)
  • The Stanley Clarke Band : Up (2014)