Scènes

Charlie Jazz Festival 2014

Charlie Jazz est un des premiers festivals à faire sonner le jazz en Provence.


Chaque année, Charlie Jazz, à Vitrolles, est un des premiers festivals à faire sonner le jazz en Provence, et plus généralement dans le sud de la France. Pour cette édition 2014, du 4 au 6 juillet, le programme, aussi subtil que riche, a eu raison des vents contraires du foot et de la météo, et même d’un climat culturel plus que perturbé.

Démarrage en trombe pour ce 17e Charlie Jazz Festival – en trombes d’eau, histoire de contredire mon « jamais de pluie à Charlie », d’inonder la scène, les instruments et l’électronique embarquée, sono et éclairages compris. L’averse est toutefois assez généreuse pour laisser place au rituel de l’inauguration, discours et petits fours. Malgré l’orage et la Coupe du monde, un public nombreux vient assister aux deux concerts programmés, outre Complét’ Mandingue, formidable fanfare venue de la Drôme - où chacun sait qu’on cultive des courges phénoménales… avec lesquelles on fabrique des balafons fabuleux…

Le quartet d’Antoine Berjeaut : révélation

Le groupe du jeune trompettiste/bugliste Antoine Berjeaut sort du « laboratoire » de Denis Colin. Avec ce Wasteland arpenteur, défricheur d’une terre désolée, il signe un répertoire écrit sur mesure, avec une rythmique originale - impeccables Stéphane Kerecki et Fabrice Moreau -, et au ténor et soprano Julien Lourau, que l’on retrouve ce soir dans un univers un peu différent de ses expérimentations électro. Rentré de Londres où il résidait depuis plusieurs années, le saxophoniste, d’abord invité, a finir par intégrer le groupe.


JPEG - 110.6 ko
Antoine Berjeaut Photo G. Tissier

L’orage, du type bourrasque, a donc privé le groupe des effets prévus. Ce fut donc un concert « unplugged » ou presque. Autre curiosité par rapport au disque : l’absence du slammeur Mike Ladd, en Avignon pour préparer un spectacle dans le cadre du festival. Le répertoire est donc très différent, puisque la musique se déploie désormais seule, sans plus de référence directe au poème de T.S. Eliot. Avec ce collectif à géométrie variable, sans « diseur », c’est donc à une autre histoire sans paroles que le public est confronté. Le groupe joue sur le fil du rasoir. De cette association expérimentale forcée de tenir compte de la météo résulte une métamorphose, un avatar du disque. Les sons avant-gardistes - forcément bizarres - sollicitent sa sensibilité, espace et silence s’entendent, et l’esprit jazz demeure.

Antoine Berjeaut a étudié avec Enrico Rava et aime Paul Motian, les musiques des Seventies, et le Lifetime de Tony Williams. Solide et aérien, sans trompette techno-samplée, de « Slow Time » à « High », plus un « Balcony » spécialement écrit pour Mike Ladd qui permet au claviériste fou Jozef Dumoulin de se lancer dans ces variations dont il a le secret, et amène Lourau à sortir son soprano. Après une intro de Stéphane Kerecki, toujours parfait dans sa mesure même, Berjaut s’essaie au bugle sur un « Clouds » orientalisant ; puis des hachures et scansions sur « Volga to Mississippi » zèbrent à leur tour le ciel calmé, biffent de traits appuyés ce road movie planant et exaltant. Il faut écouter ensuite, comme moi, les déclamations de Mike Ladd qui hantent le disque ; on comprend alors la place qui fut laissée, dans ce puzzle musical, aux seuls instrumentistes dans ce concert unique ; un peu fragilisés ce soir, ils se souviendront à coup sûr de Vitrolles ; nous aussi.


JPEG - 117.7 ko
Médéric Collignon Photo G. Tissier

Médéric Collignon ou le sacre du « Roi cramoisi »

En très grande forme, pour la circonstance, le roi « Médo » a littéralement customisé son carrosse en superbe attelage de douze musiciens : un double quatuor à cordes s’ajoute en effet au Fender Rhodes d’Yvan Robilliard, à la basse électrique d’Emmanuel Harang et à la batterie de Philippe Gleizes. « Une sorte de philharmonique de poche revisitant le répertoire du groupe de rock progressif King Crimson » où les parties de guitare électrique ont été transposées pour les quatuors. Un pari hasardeux, vu le registre et la tonalité générale du programme, mais gagné : l’auditoire est conquis. On reconnaît un vrai chef, à la baguette ou au cornet, à la voix et aux claviers, quand il entraîne les musiciens à sa recherche du roi frippé, dans un désir collectif porteur de grands moments.


JPEG - 108.9 ko
Anouar Brahem Photo G. Tissier

Anouar Brahem ou la tradition modernisée

Il s’agit en l’occurrence de la tradition arabe pour cet oudiste tunisien, qui joue des virtuosités de l’improvisateur Klaus Gesing à la clarinette basse et des accords de la basse électrique de Björn Meyer. Deux à deux, dos à dos, l’Orient s’allie à l’Occident puisque Brahem est appuyé par le Libanais Khaled Yassine aux darboukas. Bel exemple de l’intemporalité de la musique : après un moment de flottement, le public tombe sous le charme dans l’espace sonore qui se déploie au-dessus de lui et l’entoure d’une bulle mystique, zen. Avec un peu de son ECM, évidemment, puisque le dernier album The Astounding Eyes of Rita, a été produit par Manfred Eicher. Entre prière et transe, sans urgence, juste le plaisir de l’écoute, une certaine idée de la lenteur.

Trois chevaux de front et Emilie Lesbros : l’estampille Charlie

En résidence au Moulin sous l’égide de l’association Charlie Free, rencontre inédite entre ce groupe local de belle facture à l’instrumentation originale (alto, saxos, violoncelle) et cette jeune chanteuse qui vit à New York, pour le concert « création » du festival. Sous la voûte feuillue, on découvre un intéressant mélange de folk, de blues, et de chant improvisé : Emilie Lesbros lit en anglais ses propres textes, écrits sur un cahier d’écolière. Habituée depuis 2005 aux frissons du solo et aux risques de l’improvisation la plus débridée, elle se glisse comme elle peut dans le cadre balisé du trio Trois chevaux de front. Une voix solide, bien placée qui se prête aux fantaisies de l’imagination.


JPEG - 195.8 ko
Trois chevaux de front et Emilie Lesbros Photo G. Tissier

Théo Ceccaldi Trio : le bon goût de la sélection Jazz Migration

Sur la scène du Moulin, ils sont jeunes, un peu fous, et terriblement brillants. Depuis l’an dernier tout leur sourit ; sélectionnés pour la tournée Jazz Migration, ils sont invités dans beaucoup de festivals de l’AJC et représentent à leur façon une certaine idée du jazz en France, ou du moins des musiques improvisées, dans le sillage de leur modèle-marraine Joëlle Léandre. Celle-ci ne s’est décidément pas trompée en les adoubant ; elle suit avec attention l’évolution de leur musique, de même, dans un autre genre, que Daniel Humair, qui aime favoriser les échanges entre générations. Ils reprennent des compositions du violoniste Théo de l’album Carrousel (Ayler Records) et aiment mélanger les genres, en jouer tout en les déjouant : ils composent, décomposent, improvisent surtout, ce qui les situe dans la jazz attitude ; ils nous renvoient à la musique de chambre du XXe et à l’école minimaliste, le tout ponctué par les fulgurances électrisantes de la guitare de Guillaume Aknine… Leurs collages sont virtuoses et leur sens mélodique évident.


JPEG - 129.6 ko
Théo Ceccaldi Trio Photo G. Tissier

Boson Septet : le cantique du quantique

La Scène du Moulin propulse ce cantique à sept au-delà de son univers quantique. Venu(e)s de Toulouse et alentours, ces sept gaillard(e)s qui n’ont pas froid aux yeux se définissent ainsi : « Le Boson Septet est une particule musicale élémentaire née d’une succession de collisions humaines et sonores. La matière s’impose dans une énergie bouillonnante de chacune de ses molécules, liées par beaucoup de complicité et d’audace. » Il le prouve via un jazz aventureux et généreux où la diversité des timbres ose la transgression et, par conséquent, se livre à une recherche sonore constante.

Reis - Demuth - Wiltgen : le trio qui monte

Je retrouve ces Luxembourgeois un an après la première édition du festival Têtes de Jazz à l’AJMI (Avignon), où d’ailleurs ils sont à nouveau programmés cette année. Les musiciens n’ont pas beaucoup changé leur répertoire (disque sorti sur le label Laborie) : ils suivent avec la même fougue, le même enthousiasme, une structure élaborée sur une interaction imbriquée à trois. Joshua Redman, qui les écoute attentivement, ira les féliciter. Le public adhère aussi à cette déferlante septentrionale, et le stand des Allumés du Jazz vendra tous leurs albums, signe qui ne trompe pas.

Le quartet de Joshua Redman : une valeur sûre

On craint un instant une nouvelle averse, mais les cieux seront avec nous jusqu’au bout d’un merveilleux concert où le jazz atteint sa plénitude, dans le plus pur esprit de sa tradition. Une fois encore, force est de constater que le jazz vient de là-bas. Avec un professionnalisme évident, le saxophoniste présente ses morceaux, plaisante, remercie le festival, nous avoue qu’il ne sait pas vraiment où il est, puisque le groupe est logé à l’aéroport tout proche. Et de fait, le domaine de Fontblanche est assez dépaysant en soi pour qu’on se sente ailleurs, et surtout loin de Marseille sous la voûte des platanes qui valent bien ceux de la Roque d’Anthéron (ceux-là sont sagement alignés, à la française, mais à Vitrolles on sent une liberté flamboyante de « bayou » provençal.


JPEG - 106.7 ko
Joshua Redman Photo G. Tissier

Le concert ne suit pas du tout le répertoire du dernier album, ce Walkin Shadows tout tapissé de cordes, mais qu’importe : il met si bien en valeur le timbre, le phrasé délicat et puissant, le son profond du saxophoniste ténor, et son extraordinaire musicalité. Joshua Redman reprend « Summertime », c’est pertinent et cela se prête à l’habile enchaînement des idées. Celles-ci coulent de source - le site doit l’inspirer… Les ballades bluesy sont élégantes, lentes à souhait, simples et évidentes dans leur clarté. Il reprend aussi le « Time of the Barracudas », issu du formidable The Individualism of Gil Evans, et n’hésite pas à jouer bop de façon décomplexée, royale, par exemple le « Chi Chi » de Charlie Parker, où s’épanouit tout le talent du pianiste Aaron Goldberg. Une musique intelligente, rythmée, rapide et qui swingue. On ne peut s’empêcher de remuer la tête. Ce jazz n’est ni effrayant, ni déconcertant ; il ne veut pas bousculer les repères. Mais il n’est pas non plus rassurant ; il s’appuie simplement sur l’affirmation de musiciens nés dans cette musique, qui la jouent naturellement car elle appartient à leur culture. Le jazz c’est cela, puiser avec talent dans un héritage, même cinquante ans après. Ces quatre musiciens confirmés jouent un mélange astucieux de compositions tendres ou vives qui produisent une même effet de séduction. Ce qui ne veut pas dire qu’en France, il faille faire de même : nous avons d’autres cartes à jouer.

Cette belle édition de Charlie Free laisse augurer d’un avenir moins sombre pour cette musique malgré des temps difficiles (la disparition annoncée du Centre d’Information du Jazz, celle du Bureau du Jazz de Radio France, la nouvelle grille musicale de France Musique qui pratique des coupes sombres dans sa programmation jazz). Car ce festival est désormais de ceux qui comptent : il sait raison garder. Sans grosse machine trop bien huilée, il propose un programme éclectique valorisant les divers courants actuels avec une généreuse amplitude. Une ligne éditoriale portée par le genius loci qui exalte l’imagination et la création. Pourvu que ça dure.