Photo Reportages

Dhafer Youssef Quartet « Abu Nawas Rhapsody »

Le retour de Dhafer Youssef à Oloron, où il avait joué en solo en 2008. L’llustration parfaite du thème du festival « Des rives et des notes » et de son sous-titre : « Confluences musicales ». Magique.

• Dhafer Youssef (chant, oud)
• Tigran Hamasyan (piano)
• Chris Jennings (contrebasse)
• Mark Guiliana (batterie)

Avant même l’entrée des musiciens, on est frappé par la disposition de la scène : piano à gauche, batterie à l’avant-scène, de profil, contrebasse derrière la batterie - le tout, serré au maximum, laissant seulement la place d’un tabouret au centre.

Le chant, après une lente intro au piano par Tigran Hamasyan, est instantanément captivant. Dhafer Youssef évolue sans effort apparent de l’extrême grave à l’extrême aigu, avec une voix de tête modulée et très timbrée que Christian, l’ingénieur du son allemand qu’il appelle « le cinquième élément », souligne d’une discrète mise en boucle.

Imprégné de tradition soufie (on pense aux cantillations du Coran de La Châdhiliyya du Caire), Youssef a choisi de s’inspirer du poète arabo-persan Aboû Nouwâs, qui célébrait les plaisirs de la vie. Il alterne chant et oud tandis que piano, contrebasse et batterie tissent autour de lui une trame dense et tendue.
Aucune compétition dans cette rencontre tant l’écoute est manifeste entre les musiciens, au rythme des regards et des sourires échangés. Dhafer Youssef (Tunisie), Tigran Hamasyan (Arménie), Chris Jennings (Canada) et Mark Guiliana (États-Unis)… la musique méditerranéenne et orientale et le groove américain se fondent dans un alliage magique.

Cliquez sur une image pour l'agrandir ou accéder au diaporama.
Reproduction interdite.

par Dominique Piollet // Publié le 3 juillet 2010