Scènes

Dix ans de Cristal Records au New Morning

Les dix ans d’un label indépendant entreprenant et provincial…


Cristal, label indépendant rochelais, a su se tailler une belle réputation en dix ans, malgré les difficultés du marché du disque et des ventes jazz en France. Il avait décidé de fêter dans la capitale cet anniversaire…

Le label Cristal Records, cette petite entreprise qui ne connaît pas vraiment la crise, a fêté ses dix ans d’existence le 24 mai au New Morning avec 18 formations sur scène et plus de 55 musiciens représentatifs du catalogue.


JPEG - 23.2 ko
L. Coq © H. Collon/Vues sur Scènes

À cette soirée, vinrent jouer les très fidèles, comme le pianiste Laurent Coq avec quatre albums sur ce label, dont Spinnin’, meilleur album pour l’Académie du Jazz en 2005, ou le vibraphoniste Norbert Lucarain (deux albums et un troisième en préparation) qui prit un solo de batterie pour la circonstance.


JPEG - 35.6 ko
N. Lucarain © H. Collon/Vues sur Scènes

La gentillesse attentive de toute l’équipe (dix-sept personnes au total) et d’Eric Debègue, directeur du catalogue (250 albums), très impliqué dans la « fabrique » de ses albums, rendirent l’accueil bon enfant et chaleureux.

On avait envie de connaître auprès de Philippe Chausson, responsable de promotion, l’histoire des albums parus, de Noctambule, de Norbert Lucarain à ceux du « PJBB », groupe très attaché au label. Rochefort avait d’ailleurs abrité une semaine durant, pour l’enregistrement de son troisième opus, Paris 24 heures, le Paris Jazz Big Band au grand complet, formation dirigée par Pierre Bertrand (ts) et Nicolas Folmer (tp) avec des arrangements tirés au cordeau.
Normal : la Corderie Royale est à deux pas du studio, l’Alhambra, ancien cinéma Art Déco où furent visionnés les rushes des célèbres Demoiselles.

Si Cristal est le leader des labels français indépendants installés en province, (Charente-Maritime), c’est peut-être qu’il a su diversifier ses activités : un studio d’enregistrement à Rochefort, des bureaux sur le port de La Rochelle et une toute nouvelle vitrine-boutique Cristal Shop (inaugurée en avril dernier).

Le catalogue Cristal exprime une certaine vitalité dans le paysage du jazz français : il tente de donner leur chance à des musiciens qui, s’ils ne sont pas (encore) consacrés, révèlent de sérieuses potentialités et un authentique talent. Comme Cristal n’assure pas la production à part entière de tous ses albums, pour des raisons évidentes de trésorerie, le label a une plus grande marge de manoeuvre pour découvrir et lancer ses nouveaux projets. Les musiciens ne seront pas tous fidèles : certains partiront, attirés dès le premier succès par les sirènes de la rentabilité, mais ils auront démarré leur carrière sous de bons auspices.

Voici les points forts de cette soirée (où l’on notait aussi la présence de Louisa Bey, Zao Family, Jean-Marc Jafet…), ou plutôt nos coups de coeur :


JPEG - 37.9 ko
J.-L. Fillon © H. Collon/Vues sur Scènes

Le hautboïste Jean-Luc Fillon musicien au parcours original, a toujours souhaité faire se croiser les chemins de la musique. Après un remarqué Oboa, où il tentait déjà le passage, il sort résolument du répertoire de son instrument et fait résonner en quintet « ses » Echoes of Ellington. Cette relecture de toute une époque dans une perspective moderne, qui n’oublie pas la lisibilité, est le coup de chapeau d‘un arrangeur qui sait aussi s’effacer devant son héros.

Le pianiste Pierre Alain Goualch continue à explorer avec gourmandise l’univers de Gainsbourg dans un solo improvisé autour de l’éternel « Poinçonneur des lilas ».


JPEG - 33 ko
M. Garay © H. Collon/Vues sur Scènes

L’inclassable percussionniste argentin (de Cordoba) Minino Garay et le pianiste Gerardo Di Giusto, avec une recette musicale des plus épicées, remportent un franc succès, enflammant la salle de leurs rythmes « caliente ».

Alfio Origlio joue avec brio de son trio puis se joint à la Cricca d’Umberto. Là encore, le caractère festif de cette musique cuivrée est assuré. Le prochain album du pianiste, Ascendances, est fort attendu.


JPEG - 34.9 ko
J.-Ch. Richard © H. Collon/Vues sur Scènes

Le trio, élégant mais encore peu connu, de Christopher Culpo, Jean-Charles Richard et Peter Herbert propose une musique qui respire, atmosphérique et fluide. Sur tempo rapide, elle bouscule son sujet sans précipitation, portée par le très beau son de saxophone de Jean-Charles Richard, vif, grainu et droit. Le pianiste Christopher Culpo, un Américain nourri de classique et unissant une véritable expérience des deux univers, peut enchaîner sans le moindre heurt, avec une délicatesse exquise, des pièces d’un jazz contemporain, intimiste, qui n’a pas peur de la mélodie ni de l’harmonie.

Love & Bananas Are Here : un album hautement recommandé.


JPEG - 34.3 ko
B. Tocanne © H. Collon/Vues sur Scènes

Le trio Résistances Lionel Martin, Bruno Tocanne et Benoît Keller secoue le public sur fond de jungle et de barrissement des saxophones de Lionel Martin, toujours dans le tranchant, l’aigu, relançant l’expression libre et la frissonnante beauté de l’improvisation.

Un émouvant « We Shall Overcome », hymne du trio lors de leur dernière tournée irlandaise en 2005, marque la fin de son passage sur scène. La vigilance est toujours de mise, en effet, et le trio, éminemment démocratique, par sa tension constante, assurément dissidente aujourd’hui, réussit plus que jamais à nous maintenir en éveil. Son dernier projet intitulé Les Bergers fous de la rébellion inclut d’autres musiciens - dont le bassiste et chanteur John Greaves, tout indiqué quand il s’agit de faire sonner les textes de la poésie américaine des années soixante et de la Beat generation en particulier…


JPEG - 32.4 ko
H. Gourdikian © H. Collon/Vues sur Scènes

Pour finir, un étonnant ensemble franco-belge, Sidji Moon, dont il ne nous est possible d’entendre qu’un seul titre, car le New Morning a déjà dépassé de beaucoup son heure de fermeture.
La belle soirée Cristal s’achèvant, il ne restait plus qu’à souhaiter longue vie au label…


Cristal Records en quelques chiffres :

  • Dix ans d’existence, créé par Eric Debègue
  • Catalogue de 250 albums.
  • Quarante sorties de CD en 2005, 50 en 2006.
  • Une branche Cristal Publishing, éditeur de musique de films.
  • Cristal Production détient une licence d’entrepreneur de spectacle, ce qui permet de vendre des contrats aux organisateurs)

Laurent Coq sur le label Cristal :

  • Versatile
  • Laurent Coq Blowing Trio Live @ the Duc des Lombards (Grand Prix de l’Académie Charles Cros)
  • Laurent Coq Quartet Like A Tree In The City
  • Laurent Coq trio Spinnin’ (prix de l’Académie du Jazz, « Choc » dans Jazzman, « CD de la semaine » sur FIP, « CD d’Emoi » Jazz Magazine)

Norbert Lucarain a sorti deux albums sur Cristal : Noctambules en trio et plus récemment, en solo, Thèmes à tics : il sortira son prochain album en trio fin 2006.

Le Paris Jazz Big Band : 24 heures qui obtint une Victoire du Jazz et un Django d’or après A suivre et Mediterraneo.

Le Trio Résistances : Global songs et pour la fin de l’été, le très attendu Etat d’urgence
Le Trio Culpo/Herbert/Richard : Love & Bananas are here.

Jean-Luc Fillon Quintet : Echoes of Ellington