Tribune

Dominique Bouzon : Jour… et puis Nuit

Hommage à plusieurs voix à la flûtiste Dominique Bouzon, disparue prématurément samedi 3 mars 2012.


Lorsque la nouvelle tombe, nous sommes en 2012 ; c’est donc par mail. « Dominique Bouzon s’est éteinte ce matin »… La maladie, qu’on croyait vaincue, a finalement privé de souffle une des flûtistes les plus inventives, les plus gonflées, les plus gourmandes. Citizen Jazz, qui l’a toujours soutenue, lui rend hommage, avec le concours de quelques amis du monde du jazz.

« Je ne sais plus comment j’ai découvert Dominique Bouzon. En 2003, c’est sûr, à Marseille - c’est certain.
M’avait-elle envoyé son disque La traversée ?
L’avais-je vue sur scène ? Peu importe. Je me souviens surtout de mon intérêt immédiat pour sa musique.
La traversée, si inventif, si techniquement parfait, si coloré et si bleu… Alors, nous nous sommes rencontrés et nous avons parlé musique. Flûtes surtout. Elle connaissait mon travail et ma passion pour Roland Kirk, elle partageait mes idées concernant son impact sur la flûte dans le jazz et dans la musique en général.

Oui, nous parlions de musique et de cela seulement. Du coup, je ne savais rien de sa vie personnelle. Ni qu’elle était malade, ni qu’elle avait un enfant. Nous nous sommes régulièrement parlé au téléphone, à l’occasion des émissions qu’elle faisait avec Alain Gerber - « Black and Blue », et de chacun de ses nouveaux projets. Elle m’appelait et nous parlions musique, production, distribution, médias…
J’ai reçu chacun de ses disques et les ai écoutés avec beaucoup d’attention et de plaisir ; ensuite elle m’appelait et nous en discutions.

Le dernier, Ondes, je le sentais, avait été compliqué pour elle. Une de nos dernières conversations m’a laissé le souvenir d’une musicienne déterminée à franchir des obstacles pour arriver à publier son disque. Puis un jour, j’ai reçu un message m’annonçant la distribution d’Ondes sur Believe.fr, avec un certain plaisir.
Je n’ai pas eu l’occasion de lui reparler par la suite, mais nos conversations, toujours sur le mode du vouvoiement, me resteront en mémoire et je regrette qu’elle n’ait pas eu la notoriété qu’elle méritait.

Now, Dominique, you « talk with the spirits » ! »

Matthieu Jouan, Citizen Jazz

Dominique Bouzon et Nadine Estève ont travaillé ensemble l’album Flute Cake et une série de concerts.

*** *** ***

« J’ai connu Dominique par les hasards d’une compilation des « Autoproduits de la FNAC » où nous figurions tous les deux. Je l’ai contactée immédiatement tant j’avais aimé La traversée. Après quelques conversations de loin en loin, dispersées mais toujours très chaleureuses, j’avais pu la faire venir à Paris pour un concert de Walter Thompson où elle avait apporté sa merveilleuse chaudière à sons, la flûte octobasse. Nous avons projeté plusieurs fois de jouer ensemble mais l’éloignement géographique et le manque d’occasions ont fait que…
Or, sur l’album que je prépare actuellement pour Clotilde Rullaud, elle aurait dû intervenir presque à chaque morceau avec ses différentes flûtes… c’étaient des parties spécialement écrites pour elle.

Pour moi, c’est dans sa pratique des flûtes graves qu’elle faisait vraiment merveille, et j’ai encore dans l’oreille le timbre de sa flûte alto… J’aimais ce jeu où une sorte de tristesse délicate se faisait jour, même dans les compositions les plus légères. Sa virtuosité et sa science de l’instrument, immenses, n’étaient jamais apparentes ni « tape à l’oreille » ; cela traversait, c’est le mot, son phrasé, mais sans jamais avoir la grossièreté de le signaler à l’auditeur par un « Hé ! Écoute, là, c’est super virtuose ce que je fais… ».
Ils sont si nombreux à faire ça aujourd’hui que son style était devenu une sorte de résistance. Discrète mais présente. Eh bien, elle restera cela pour moi. »

Tristan Macé, musicien

The Strange 4tet (Sound Painting) : Walter Thompson (dir.), Francois Jeanneau (sax), Tristan Macé (ban), Philippe Laugier (violon alto), Dominique Bouzon (bfl) au Théâtre Essaion, Paris, le 26 mars 2010.

*** *** ***

« Nous nous étions croisés souvent jusqu’au jour où nous nous sommes vraiment « rencontrés »… Ce fut grâce à un vinyle de Franck Wess, qu’elle cherchait et que je possédais. Depuis cet échange, nous avons régulièrement travaillé ensemble et décidé d’enregistrer notre duo.
J’ai pu ainsi découvrir, outre ses qualités d’instrumentiste, une véritable compositrice. Notre travail s’est poursuivi avec un second disque pour lequel, encore une fois, elle a mis en lumière toutes ses flûtes, qu’elle aimait et défendait comme on défend ses enfants.

Je garde de Dominique avant tout, son exigence envers la musique, sa sincérité, son intégrité, et ses sourires qui rassemblaient autant ses doutes que ses joies ; une certaine amertume, également, de ne pas jouer aussi souvent qu’elle désirait mais toujours une immense envie de « chanter » dans ses instruments et de raconter de belles histoires comme elle aimait les inventer et les vivre.

Toute sa vie a été dictée par l’amour du jazz et des musiques en général, ainsi que la grande fierté qu’elle éprouvait pour son fils musicien et poète, comme sa maman. »

Paul Pioli, musicien

Dominique Bouzon/Photo Jacques Ponzio

Jazz Night – Dominique Bouzon et Paul Pioli invités sur Radio Grenouille pour la sortie du disque Ondes.

*** *** ***

La fille du vent

« J’ai beaucoup de chagrin en pensant à Dominique Bouzon. Curieusement, les mots me manquent alors que je n’ai jamais été à la peine pour écrire sur son travail et sa musique. Je ressens seulement de la colère devant l’injustice et la cruauté du sort. La vie ne lui a pas fait beaucoup de cadeaux.
Aussi, je ne voudrais me souvenir que de belles choses, d’une Dominique souriante et apaisée, enthousiaste quand elle parlait de musique. Elle adorait montrer la famille de ses flûtes : de sa voix douce, avec une pédagogie évidente, elle vous embarquait dans sa Traversée et on la suivait volontiers.

Nous nous sommes rencontrées car vivant toutes deux à Marseille - sans grand plaisir, dans le même quartier du centre-ville. Nous nous sommes souvent revues par la suite.

Deux ou trois autres choses que je sais d’elle.
Je me souviens qu’elle participa avec bonheur aux émissions « Black and Blue » d’Alain Gerber sur France Musique : elle n’était pas peu fière de travailler l’histoire de l’instrument, d’évoquer Eric Dolphy, Roland Kirk mais aussi des artistes oubliés comme Frank Wess, de faire découvrir la flûte dans tous ses états, dans l’éclatant contre-emploi du jazz. Sur les ondes, sa voix était toujours aussi douce et assurée, on entendait que cette musique la traversait et l’animait. Elle savait d’autant mieux en parler qu’elle prolongeait cette lignée, elle aussi était une flûtiste de… jazz… Elle avait le beau geste, oui, le geste juste, le seul qui convienne. Elle avait la conscience du geste, de ce qu’il fallait faire. Elle jouait retenu, à la pointe du temps, hors de l’instant, loin des regards, dans la maîtrise d’une respiration.

Je me souviens de son obstination à enclencher de nouveaux projets, à saisir « la vie au vif », à continuer d’écrire et jouer du jazz, à tracer sa voie, obliquement, dans un monde professionnel d’autant moins indulgent qu’elle était femme - et jolie, qui plus est. Or, Dominique se sentait concernée par la condition des femmes et la place des musiciennes dans le jazz. Elle était militante sans être radicale, toujours prête à intervenir dans les instances publiques. Elle ne renonça jamais à témoigner.

La suite est cruelle, trop brutalement prévisible….
Aujourd’hui, il nous reste de Dominique Bouzon ses disques et sa musique, des vidéos et enregistrements. C’est le privilège des artistes - musiciens, peintres, écrivains, cinéastes, comédiens - que de laisser une trace qui ne s’efface pas facilement, d’impressionner la mémoire de façon sensible.
De quoi réconforter provisoirement ceux qui restent. »

Sophie Chambon, Citizen Jazz

Dominique Bouzon « chanteur de jazz », en compagnie de Nadine Estève.

*** *** ***

« Dominique et moi nous sommes connues à Marseille, en 1996. Au milieu d’un grand vacarme, une « jam session » cacophonique, ce petit visage de chat soufflait dans un instrument digne d’Hamelin, et j’étais la souris subjuguée.
La flûte basse de Dominique était inaudible dans le tohu-bohu ambiant, mais je n’entendais qu’elle. J’ai failli pleurer en lui demandant d’être ma partenaire en musique, craignant qu’elle ne me dise non, qu’elle me refuse la grâce d’entendre à satiété cette voix presque humaine que projetait sa flûte basse.
Ensemble, nous avons enregistré mon premier album La mémoire du vent (Saravah, 1997), obtenu le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros, tourné en France, en Italie et au Japon.
Nous sommes parties au Brésil en 1999 enregistrer Sources (Saravah, 2000) qui nous a emmenées au Québec où nous avons donné des dizaines de spectacles.
Elle ne manquait jamais d’époustoufler le public avec sa poésie, sa versatilité et l’approche originale qu’elle avait de ses instruments, notamment de la flûte basse qui était sa marque absolue.

Avec Carmin (Saravah, 2003) nous avons poursuivi les tournées tant en duo qu’en quintet à travers plusieurs pays (Brésil, Turquie, Belgique, Italie, Québec, France…) avec une complicité toujours renouvelée.
L’album Cœur vagabond (Sony-BMG, 2006), (Prix de l’Adisq « Meilleur Album Musique du Monde », équivalent québécois des Victoires de la Musique) a encore profité de son talent, sa sensibilité et le son unique de ses flûtes. Nous avons ensuite cessé de collaborer car je me suis installée de façon permanente au Québec.

Partout où je me trouve en tournée il est des fans pour venir me demander des nouvelles de cette instrumentiste exceptionnelle. Qu’ils l’aient vue sur scène ou entendue sur disque, les mélomanes restent marqués par la beauté de ses traversées. Avisés ou non, tous se rappellent cet « instrument recourbé » dont elle tirait des sons de la plus grande douceur, cette même douceur qui m’avait complètement conquise la première fois que je l’ai entendue. »

Bia, musicienne

Écoutez des extraits de l’album de Bia La mémoire du vent, avec Dominique Bouzon aux flûtes.

*** *** ***

« Je ne suis pas très doué pour exprimer ce que j’ai ressenti en apprenant la nouvelle.
Je ne peux que me souvenir des moments passés en Italie avec Dominique…
Et il y en a eu beaucoup, vu que tout commence en 1998… (ou même 97, lorsque j’ai vu le premier concert de Bia près de Toulouse..)… de la surprise du public (oui.. admiratif !) lorsqu’elle sortait son octobasse, et surtout lorsqu’elle le faisait sonner.


JPEG - 25.6 ko
Dominique Bouzon/D.R.

De la belle rencontre à Reggio Emilia avec mon ami tubiste Michel Godard.
De la tournée avec Ludo (quelle année ? impossible de m’en souvenir)
Des longs voyages en camionnette du nord au sud de l’Italie… des merveilleuses bouffes dans d’innombrables restaurants… ou même à la maison à Reggio Emilia.
Avec Bia & C° nous avons fait un peu tout.. des plus petits clubs jusqu’à un stade en Sicile…
Mais la flûte de Dominique résonnait de la même façon, claire et brillante… j’ai encore dans la tête ses phrasés à la fin de « la Foule »… et bien d’autres encore.
Mais aussi je me souviens de la forte complicité musicale entre Bia et Domi (nous avons même fait deux dates en duo une fois… j’adorais ça !).
Avec Laura, ma femme, souvent présente aux concerts de Bia, qui a été très touchée par la nouvelle, nous avons parlé de tous ces souvenir ou épisodes.
D’autres me reviendront en mémoire…
La nouvelle est trop récente…
Bises, Dominique. »

Luciano Bertrand, manager


JPEG - 47.2 ko
Dominique Bouzon/D.R.

*** *** ***

« En juin 2011 a commencé l’enregistrement d’un CD au studio Nerves de Salon. La maladie a mis fin à ce projet. On peut entendre les quatre premiers titres ci-dessous.

Nous étions occupés au lancement de L.ROM, « musique non sédentarisée » de Lionel Romieu (oud) en compagnie de Jean-Philippe Barios (percussions), quand Dominique eu l’idée d’interpréter des standards en duo flûtes et contrebasse.

Elle me dit que s’autoriser à chanter était une vieille question non résolue pour elle. Dominique chantait dans sa flûte depuis longtemps, mais là, elle voulait simplement chanter.
Elle me dit préférer raconter des histoires plutôt que d’arpenter des grilles harmoniques. Une grande partie de notre préparation était donc de discuter du sens des paroles. Elle était sûre que la musique viendrait après, naturellement.

Le duo s’intitulait Moleskine. C’est dans un petit carnet de ce genre qu’il lui arrivait d’écrire de la musique, jusque dans son lit d’hôpital.
Elle voulait que ce duo fasse beaucoup de place à la contrebasse et, sans rien perdre de son exubérance, elle raccourcissait ses chorus de flûte.
Faire de la place aux autres, au souffle, au silence, pour qu’on entende la musique, c’était son projet.

Jean-Yves Abécassis, musicien

Ecoutez les quatre derniers titres enregistrés par Dominique Bouzon, avec le contrebassiste Jean-Yves Abécassis.

*** *** ***

JPEG - 49.7 ko
Dominique Bouzon à la flûte octobasse © José Assa

« Dominique Bouzon s’est éteinte samedi 3 mars 2012. Elle se battait avec une force surhumaine contre une saloperie de cancer. Un match inégal qui nous laisse tous KO. Domi avait du courage et de la force. « C’est dur, mais j’ai la niaque » me disait-elle encore au bout du fil quelque temps avant son départ, et elle avait conclu la conversation par un bel air de flûte, comme pour faire un pied de nez à ce maudit crabe.

Cette musicienne avait un talent immense et beaucoup d’humour. Avec Nadine Estève, elle avait créé un singulier duo dans lequel elle donnait vie à ses innombrables flûtes, instruments qu’elle chérissait et collectionnait. Tel un petit enfant d’Hamelin, j’étais tombé sous le charme de cette création hors normes, dans laquelle se mêlent le souffle envoûtant de Domi et les flûtes virtuelles jouées par Nadine. Je garde en mémoire notre première rencontre, en plein mixage de ce projet au Studio Nerves - Wall Of Sound de mon ami Jean-Michel Bouillot. Après un sympathique déjeuner, alors que Domi et Nadine cherchaient un nom pour leur duo, sur le ton de la plaisanterie j’avais suggéré Flute Cake, puisque nous étions au dessert ! Le nom est resté, tout comme la musique de cet extraordinaire orchestre de flûtes.

Dominique était un être charismatique, sa silhouette menue recelait une personne à la fois pleine de douceur et de force et ses yeux pétillaient d’intelligence. Elle avait mille projets en dehors de Flute Cake, comme son étonnant quartet de jazz. C’était aussi une femme de convictions, qui défendait avec subtilité et dans ses actes ses idéaux féministes. C’était enfin un mère aimante, fière de son fils qui jouait de la batterie.

Elle travaillait sur un nouvel album, en duo avec le contrebassiste Jean-Yves Abécassis, une aventure musicale dans laquelle elle délaissait un temps la flûte pour se consacrer au chant, un art qu’elle maîtrisait parfaitement. Puisse cet enregistrement voir le jour, car ce qu’aurait voulu Domi avant tout est que sa musique vive. Alors, écoutez Dominique Bouzon. Si vous êtes de ces privilégiés qui l’ont connue, vous retrouverez avec émotion sa douce voix et son accent chantant. Si c’est une première rencontre, vous aurez l’assurance d’être en compagnie d’un être lumineux qui, finalement, ne s’est pas éteint mais brille toujours par la magie de son souffle. »

Christophe Rossi, agent artistique

*** *** ***

"Cela faisait un bout de temps que l’on se tournait autour, de loin en loin. Curieusement, ce n’est pas autour de la musique brésilienne ou du jazz – nos deux passions - que nous nous sommes retrouvés.
L’histoire a débuté autour d’un bœuf pour l’anniversaire de notre ami Rosaire qui nous demandait à tous les deux de prendre en charge la partie musicale. Rien de tel qu’une rencontre musicale sans pression pour apprendre à se connaître, à se reconnaître… J’ai emmené Domi et Jean-Yves Abecassis sur le terrain « oriental » : ça nous a tellement plu que quelques mois plus tard nous avons créé le quartet L.ROM avec Jean-Philippe Barrios aux percussions.
« Musique non-sédentarisée » est accolé au nom du groupe.
Nous qui sommes plutôt sédentaires dans les faits (Marseille est notre port d’attache), notre musique, elle, est vagabonde et se fout des frontières.

Des rythmes asymétriques, des modes avec des micro-intervalles ? Dominique savoure et survole son sujet avec une douce liberté. L’important, c’est le geste musical, le souffle et l’histoire qui se raconte. Ce n’est pas pour rien alors qu’elle parle, qu’elle rie, qu’elle soupire dans ses flûtes ! Dominique est une musicienne de la matière. Elle bourre de grain, de « growl », de terre cet instrument qui ne pourrait être qu’« aérien ».

Sacré personnage. A la fois lunaire, à la fois ancré dans le sol…
Il y a quelques temps elle emmenait des petits groupes de personnes pour un concert au milieu des chèvres dans les collines marseillaises. Elle jouait Bach, Debussy, le blues, à l’inspiration. Elle m’en parlait avec malice comme d’un moment d’intense communion avec le(s) vivant(s).
J’aime à penser que son souffle continuera longtemps à nous chatouiller les oreilles !

Lionel Romieu, musicien

Ecoutez 3 titres de L.Rom, musique non sédentarisée sur le Myspace

*** *** ***

Une fin de soirée au jazz-club « Les Sept Lézards » où « Flute Machine » était programmé (Chris Hayward, Olivier Sens). Une jeune femme s’approche timidement et me dit combien elle a été touchée par mon approche de la musique et de l’instrument. J’en suis flatté mais surtout gêné, comme n’importe qui capable d’un peu d’auto-évaluation. Elle se présente : Dominique Bouzon, flûtiste.

Nous restons en contact, elle à Marseille, moi dans la région parisienne.
Echanges de disques.

“Bluffé” par La Traversée. Ce disque à la remarquable qualité sonore avait été enregistré à domicile avec un micro à 80 euros et un disque dur d’une capacité ridicule (de 2 ou 3 gigas, je ne sais plus …), handicap compensé par un stage pour maîtriser le logiciel et de multiples recopiages. Un son, une poésie, une manière de jouer qui révélaient une vraie personnalité.

Puis vint Jour – à mon avis une sorte d’éclosion du bourgeon Traversée. Une participation talentueuse et décalée à “Flute Cake ” suivie d’un duo flûtes/guitare et d’un quartet, “L’Onde”. Elle était venue en voisine au Festival Charlie Free de Vitrolles, où le trio avec JJ Avenel et John Betsch était programmé.

J’étais venu l’écouter à Paris pour son concert avec Tristan Macé et Walter Thompson. A cette occasion, nous l’avions invitée à une session d’enregistrement dans le studio de Chris Hayward. Une sorte de retour à la case “Sept Lézards”, mais cette fois avec sa participation. Cette session est toujours sur les disques durs de Chris. Là encore, nous avions pu constater sa grande (et rare) maîtrise de l’octobasse.

Nous avons pris l’habitude de nous appeler de temps en temps pour échanger sur la musique, la flûte, nos projets respectifs. Elle était très “militante” dans la défense de cet instrument, m’avait fait part d’un projet de micro-concerts destinés aux ados marseillais et auquel elle souhaitait m’associer, projet qui n’a pas vu le jour faute de soutiens. Elle m’a raconté qu’elle jouait en solo chez un chevrier pour quelques personnes assises sur des bottes de paille, participait à des spectacles de théâtre musical… mais avait du mal à faire vivre ses réalisations « jazz » en concert.

J’aimais sa “classe”, son son, sa technique discrète mais très aboutie.
Toutefois, avec beaucoup de précautions et un humour que j’espérais perceptible (il le fut) et à propos de discrétion, je m’étais permis de lui faire remarquer que par ses choix dans ses dernières réalisations - le duo fl/g et le quartet - elle avait probablement épuisé ses réserves de retenue et que, compte tenu de son niveau et de ses potentialités, elle pouvait peut-être réfléchir aux possibilités de franchir la ligne et de lever légèrement le pied du frein… et je m’amusais par provocation souriante à l’abreuver de disques de flûtistes aux esthétiques… de traverse…

« Que veux-tu … j’aime faire la walking bass à l’octo derrière un soliste et je n’aime pas trop me mettre en avant… mais je pense à ce que tu me dis… » me répondait-elle avec une pointe d’accent méridional.

Elle m’avait indiqué que jadis, elle avait pris des cours de chant, et elle m’avait fait part de son projet de duo voix-flûtes/contrebasse autour des standards. Curieux, je lui demandai de m’envoyer un début de quelque chose issu de ces enregistrements : « Attends… ce sera une surprise… ».

On comprend malheureusement pourquoi je n’en prends connaissance que maintenant, grâce à Citizen Jazz. Ce que j’entends est en même temps enthousiasmant et attristant. Enthousiasmant à cause de cette voix, de ce phrasé, des magnifiques interventions de flûte très pleines et expressives… sans aucune trace de freinage. Grâce à ce disque j’ai failli écrire qu’elle aurait rejoint le peloton de tête alors qu’il serait plus juste de dire qu’on se serait enfin aperçu qu’elle y était.

Attristant parce que, fatiguée par les silences des programmateurs de concerts, elle me disait « J’aime le jazz, mais le jazz ne m’aime pas ».

Avec les promesses de ce disque, il est probable que le jazz l’aurait enfin aimée.

Trop tard.

Michel Edelin, musicien

*** *** ***

JPEG - 29.6 ko
Dominique Bouzon © Armel Bour

Les photos ont été envoyées par Armel Bour, programmatrice du Cri du Port (Marseille) et Luciano Bertrand, manager à Just in Time. Merci à Jean-Yves Abécassis d’avoir mis à disposition les morceaux de Moleskine et à Nadine Estève, musicienne, pour son aide et ses liens.