Esbjörn Svensson Trio

The Very Best Of E.S.T.

Esbjörn Svensson (p), Dan Berglund (b), Magnus Öström (batt)

Distribution / Label : ACT/Harmonia Mundi

C’est tout naturellement que sort aujourd’hui une rétrospective du trio E.S.T., The Very Best Of E.S.T., un an après la mort de son pianiste et leader Esbjörn Svensson dans un accident de plongée.
Accompagnée d’un livret signé par ses anciens acolytes Dan Berglund (basse) et Magnus Öström (batterie), et qui retrace l’histoire du groupe disque par disque, elle n’évite qu’en partie les pièges inhérents à ce genre d’exercice.
En effet, idéale pour qui voudrait découvrir un groupe trop tôt défunt, cette compilation va forcément décevoir les fans de la première heure : elle ne comprend aucun morceau antérieur à 1998 From Gagarin’s Point Of View ; les reprises de Monk (Esbjörn Svensson Trio Plays Monk) sont donc omises [1]. En outre le choix de ces treize morceaux peut paraître arbitraire : un certain nombre de tubes sont absents (« Definition of a Dog » ou « The Rube Thing ») ; mais c’est aussi l’occasion de (re)découvrir des pièces moins connues (« Believe, Beleft, Below »).
Un seul morceau est issu de Leucocyte. On ne peut que ressentir le tournant musical que marque l’album posthume, et cette plage révèle une maturité nouvelle dans l’expérimentation : née d’une improvisation libre, elle est nettement plus audacieuse et apporte un côté free bruitiste inédit. Le contraste ne rend que plus amère la disparition d’un musicien promis à un avenir aussi prometteur, et celle d’un groupe qui avait su conquérir un large public. Souhaitons à Dan Berglund et Magnus Öström de poursuivre avec succès leur aventure musicale.

par Raphaëlle Tchamitchian // Publié le 12 octobre 2009

[1Se peut-il toutefois que cela soit dû à des questions de droits ? Gagarin marque l’arrivée d’E.S.T. sur le label ACT.