Chronique

Ingrid Laubrock, Liam Noble & Tom Rainey

Sleepthief

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

On pense à Daniel Humair à l’écoute de ce disque, car le trio est ici semblable à celui du récent et passionnant Full Contact. Tom Rainey, à l’instar du batteur helvète, ne dédaigne pas d’apporter son art, qui est grand, à de jeunes pousses. C’est le cas sur cette belle formation réunie par Ingrid Laubrock, saxophoniste allemande qui, avant que de suivre l’enseignement de David Liebman, est passée par Londres et la dure école de son métro, où elle a fait résonner son instrument pendant quelques mois.

Cette artiste est ici en compagnie du pianiste anglais Liam Noble, dont on se rappelle le premier enregistrement, Romance Among The Fishes, en quartette, publié par Basho en 2004 et sur lequel le batteur n’était autre que … Tom Rainey. Ce dernier est essentiel à la réussite de ce disque, car nul mieux que lui ne réussit à entretenir un climat sombre, sourd et grave avec ses toms et caisses, tout en maintenant une agitation de surface à l’aide des cliquetis et scintillements de ses cymbales. Le disque, à l’image de ces deux plans sur lesquels s’établit le drumming de Rainey, se partage entre mystère et suractivité, ombre et lumière. Quel qu’en soit le climat, l’excellence instrumentale et l’écoute intense font de Sleepthief un disque qui accroche à la première écoute et continuera à passionner par la suite les aficionados d’artistes comme Tony Malaby, qui excellent à enrichir l’art du compositeur par l’improvisation totale, à moins que ce ne soit le contraire…