Chronique

Jazz at Berlin Philharmonic IV

Accordion Night

Vincent Peirani, Stian Cartensen, Régis Gizavo, Klaus Paier (acc), Asja Valcic (cello), Nguyên Lê (g), Adam Baldych (vln), Émile Parisien (ss)

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

L’idée du JATP refait doucement son chemin, avec quelques adaptations à notre réalité d’aujourd’hui. Au lieu, par exemple, de faire se succéder des instrumentistes supposés chacun virtuose sur son biniou, on procède à des regroupements par instruments. On voit ainsi des nuits du sax, des soirées de la trompette ou des « accordion nights » comme ici. Lesquelles peuvent cacher en fait de véritables « nuits des couples », puisqu’aussi bien les accordéons - et les accordéonistes - ne vont jamais seuls, mais accompagnés de leurs partenaires, violoncellistes, sopranistes, violonistes ou guitaristes.

C’est sous le signe du couple donc que se présente d’abord le puissant Klaus Paier, accompagné de la talentueuse (et belle) Asja Valcic, que j’ai eu le plaisir d’entendre à Ruvo di Puglia l’année dernière. Leur « Tango Loco » est tout à fait approprié à son titre. Viennent ensuite Régis Gizavo et Nguyên Lê, pour deux pièces sensibles, le premier nommé chantant un peu à la façon de Christian Zenhder, le formidable accordéoniste et chanteur diphonique de Stimmhorn. Puis le nord de l’Europe se fait entendre en la personne de Stian Cartensen, vite soutenu par le violoniste virtuose Adam Baldych. Manifestement, une grande place est laissée au couple de l’année en France, j’ai nommé Émile Parisien et Vincent Peirani, qui passent en dernier, pour trois pièces (« Egyptian Fantasy », « Song Of Medina - Casbah » et « 3 temps pour Michel P. ») et restent sur scène pour un final endiablé où tout le monde se libère enfin avec « Libertango » de Piazzolla. Une bien belle soirée.