Scènes

Kyrie Kristmanson au Festival Jazzycolors 2012

Avec sa toque à poil blanc sur la tête en guise d’étendard, son timbre singulier et sa voix haut perchée, la gente dame à l’attitude « folk-rock-troubadour », nous a fait voyager dans son univers de ballades poétiques ponctué de mots, trompette, tambourin et guitare…


Le festival Jazzycolors touchait presqu’à sa fin ce jeudi 29 novembre sur l’esplanade des Invalides au Centre culturel canadien… L’endroit de Paris où le ciel parait quasi sans limite… Nous y faisions la découverte d’une jeune artiste canadienne très originale, toute destinée à élargir notre horizon musical. Avec sa toque à poil blanc sur la tête en guise d’étendard, son timbre singulier et sa voix haut perchée, la gente dame à l’attitude « folk-rock-troubadour », nous a fait voyager dans son univers de ballades poétiques ponctué de mots, trompette, tambourin et guitare…


JPEG - 105.6 ko
Kyrie Kristmanson © Emmanuelle Vial

Une forte personnalité et une énergie espiègle se dégagent de Kyrie Kristmanson. Elle choisit de présenter sa musique dans un trio singulier : tout d’abord, la Jazzbass électrique de François Puyalto jouée avec un son très twang souvent en accords et en notes multiples frappées et percussionnées ; ensuite le trompettiste mélodiste Olivier Laisney qui déploie un son très mesuré et très précis.

Son folk prend une couleur parfois jazz, mais il puise également dans des références beaucoup plus anciennes ; elle reprend en effet des chants et des musiques de troubadours moyen-âgeux français du 12ème siècle (dont la première chanson écrite et chantée par une femme) qu’elle a extraits de ses recherches à la BNF à Paris. Et puis il y a la chanson dédiée à Josephine, femme abandonnée par Bonaparte sur la voie menant à son empire… Bref, Kyrie Kristmanson construit tout un univers de poésies, de contines, de protest song ou de berceuses. Elle se plait à établir un contact chaleureux avec le public et tente de le faire chanter en anglais ou en français. Elle ose également le « a cappella » sans vergogne, qu’elle offre au public dans un moment magique… ou bien pose sa guitare pour jouer de la trompette ou du tambourin. Le charme, l’originalité, la justesse et le timbre de cette voix ont fait mouche… le public est visiblement conquis.


JPEG - 134.9 ko
Kyrie Kristmanson trio © Emmanuelle Vial

De mémoire, elle a chanté d’après ses albums Origin of stars (2010) et Pagan Love (2008) les chansons suivantes : Song X, Jump, Eruption, Who, cornet of desire (too hot to touch !!!), Talk, Who…

Ce concert fut une nouvelle fois une excellente surprise de la programmation souvent étonnante de Jazzycolors qui tout ce mois de novembre a su nous faire découvrir le grand talent d’artistes peu connus en France. Pour son dixième anniversaire, ce festival s’affirme comme une valeur sûre et un rendez-vous annuel à ne pas manquer.

  • Kyrie Kristmanson / voix, guitare, tambourin et trompette
  • François Puyalto / Fender Jazzbass
  • Olivier Laisney / trompette

Voir le photo-reportage