Scènes

Le Festival de Jazz de Parthenay est-il menacé ?

Interview de Jean-Michel Monin, trésorier de Jazz en Gâtine.


Le Festival de Jazz de Parthenay, en Poitou-Charentes, est menacé de disparition faute de financement par la Municipalité. Le trésorier du festival a accepté de répondre à nos questions en novembre dernier.

Un vieux proverbe français dit qu’il n’est de bon goût que de Paris. Et les jazzmen américains aiment Paris depuis l’arrivée de Jimmy Europe en 1917. Mais la France ne se résume pas à Paris - Johnny Griffin et Maurice Vander, par exemple, vivent dans le Poitou. A Parthenay, département des Deux-Sèvres, le maire Xavier Argenton menacerait la survie du festival de jazz par asphyxie financière.

  • Une querelle politique se cache-t-elle derrière cette réduction de la subvention municipale au festival de Jazz de Parthenay ?

Le maire est UMP non déclaré, il était deuxième sur la liste aux élections régionales devant remplacer M. Jean-Pierre Raffarin, et donc battu par Mme Ségolène Royal. Juste avant les élections régionales, nous avions appris que nous subirions une réduction de subventions pour la saison (déjà !) ; nous avions donc rédigé une lettre ouverte dans laquelle nous nous interrogions sur la politique culturelle que pourrait mener un élu (au niveau régional) s’il réduisait les subventions sur son territoire local… Forcément il n’a pas apprécié et nous avons subi une diminution de nos subventions ! Hormis cela nous ne sommes pas encartés dans l’association, juste des citoyens vigilants.


JPEG - 52.3 ko
Fred Frith, Nicolas (dir. artistique), Manu (rég. gén.), 2005.




  • Quelle est la stucture économique du festival ?

Les chiffres bruts sont forcément faibles vu la musique défendue. Cela dit, au total on dénombre 2 084 spectateurs pour 11 concerts payants et 8 gratuits. 582 entrées payantes + 102 exonérations (enfants de - de 16 ans + invités) sur ces concerts payants. Le nombre d’entrées payantes a augmenté d’environ 30% par rapport à l’an dernier alors que le nombre d’entrées globales n’a augmenté que de 5%.

Pour comprendre, il faut noter qu’en 2004 il y a eu 8 concerts payants et 14 gratuits sur un festival plus long d’une journée. La couverture médiatique est plutôt bonne, même si, encore une fois, ce genre de musique n’intéresse pas grand monde ! Mais nous avons eu des articles dans des périodiques nationaux (Le Monde, L’Humanité, Libération, Les Inrockuptibles, Mouvement, etc.) et bien sûr dans la presse jazz (Jazz Magazine et Jazzman. Dans ces deux derniers magazines, notre festival était mis en avant (avec une dizaine d’autres, sur un total de deux cent cinquante festivals), et Jazz Magazine a ajouté un compte rendu dans le numéro en cours de parution. sans oublier Improjazz et Revue & Corrigée.

Côté radios, nous avons eu un bon retour de France Culture, France Musique et France Info, ainsi qu’Autoroute FM et les cinq radios locales, dont France Bleu Poitou-Charentes. En télé, il faut citer France 3 (reportage, interview). Bref, le « minimum syndical » ! La proportion recettes propres/subventions est de 21%, comme pour la majorité des festivals subventionnés.

Au final le bénéfice est d’à peu près 10 000 €. A noter que nous sommes l’un des rares festivals à pratiquer l’équité des cachets. En effet, impossible ici d’avoir sur le même plateau un Michel Portal payé 1500 € net minimum et un artiste français tout aussi valable payé 200 € ! Musiciens français comme étrangers reçoivent un cachet sensiblement identique qui se situe entre 350 et 500 € net (suivant la formation, et selon que nous faisons ou non venir un musicien étranger exprès pour le festival).

  • Quelles autres subventions publiques recevez-vous ?

Le Conseil Général des Deux-Sèvres contribue à hauteur de 9% environ des recettes du festival, le Conseil Régional de Poitou-Charentes pour environ 11%. La Direction Régionale des Affaires Culturelles de Poitou-Charentes (DRAC, bras armé du Ministère de la Culture) apporte 25% et la ville de Parthenay 34%.

  • Bénéficiez-vous d’aides de mécènes ?

Nous n’avons pas de partenaires privés ! Ni industrie ni quoi que ce soit ici !

Interrogé sur le sujet, M. Jean Guy Naulleau, adjoint au maire de Parthenay chargé de la Culture, n’a pas souhaité nous répondre.

Cette interview date de novembre 2005. La mairie de Parthenay n’a accepté de nous répondre qu’en mars 2006.

Lors d’une réunion pluripartite début mars 2006 entre la ville de Parthenay, la DRAC Poitou-Charentes, le département des Deux-Sèvres, la région Poitou-Charentes et l’équipe du Festival, la région a décidé de combler entièrement la baisse de subvention de la Ville, soit 30 000€, la DRAC et le Département ont réaffirmé leur rattachement à cette manifestation dont l’édition 2006 aura lieu du 20 au 23 juillet essentiellement à Secondigny, commune située 15km à l’Ouest de Parthenay.

par Guillaume Lagrée // Publié le 3 avril 2006
P.-S. :

JAZZ EN GATINE
Festival NPAI
7 RUE DE LA CITADELLE
79200 PARTHENAY
Tél : 05.49.64.18.11
Fax : 05.49.94.90.34