Chronique

Louis Moholo-Moholo & Marilyn Crispell

Duets - Sibanye

Louis Moholo-Moholo (dr), Marilyn Crispell (p)

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

Deux improvisateurs majuscules rassemblés dans un duo piano – batterie au titre en manière de manifeste : « Nous ne faisons qu’un ».

Le morceau-titre, qui ferme l’album, confirme ce que l’on pressentait : l’affirmation ne se cantonne pas au domaine musical. Piano et tambours, Nord et Sud, femme et homme, blanche et noir, complémentaires et éléments d’un « un ». Platonisme artistique, si on osait. Sur un tapis de percussions résolument sud-africaines, une improvisation presque contrapuntique rejoint peu à peu les harmonies des chants xhosa. La jonction s’opère dans l’exubérance et la liberté, médite un instant puis s’arrête net comme si, l’unité (re)trouvée, tout était dit.

Cette unité, les deux improvisateurs l’atteignent au terme d’un itinéraire qui commence par un mot d’ordre tranchant : « Improvise, Don’t Compromise ». Les étapes sont contrastées :

« Journey », piste 3, est un voyage à part entière ; peut-être celui d’un fleuve, courant de contrées secrètes en villes agitées jusqu’à un estuaire ouvert sur l’immensité maritime – encore une unité retrouvée, celle de l’eau avec l’eau, douce ou salée, peu importe : nourricière.

Un moment de vérité : « Moment Of Truth », extrait d’une improvisation plus longue, un peu comme la rencontre de deux planètes sur des orbites différentes.

Des réponses : « Soze (Never) », où le piano percute plus qu’il ne chante et où la batterie semble prête à parler, et « Phendula (Reply) », avec une Marilyn Crispell liturgique, la main gauche campant une harmonie ample de chant populaire et la droite jouant, en sixtes, une mélodie simple et belle, tandis que Louis Moholo-Moholo se charge des jeux de lumière et des montées émotionnelles.

Puis un reflet, peut-être aussi une invitation à la réflexion : « Reflect », où les toms chantent un ostinato sur lequel la pianiste peint au couteau et brosse des couleurs, joue des résonances et des matités, étouffe un écho, laisse durer l’autre…

Sibanye est un album à écouter tous neurones en état de fonctionnement. Histoire de les affûter un peu plus encore.