Scènes

Malta Jazz Festival 2011 - « Jazz Pure Malt(e) »

Le lieu est déjà un spectacle en lui même. Chargé d’histoire, l’archipel de Malte accueillait cet été la 21è édition de son festival de Jazz.


Le lieu est déjà un spectacle en lui même. Chargé d’histoire, l’archipel de Malte accueillait cet été la 21è édition dans un cadre exceptionnel le Malta Jazz Festival (MJF) et sa légendaire convivialité.

Jazz à La Valette

La structure scénique, basée en bordure de mer, reste minimaliste, ce qui ne l’empêche pas d’être un écrin parfait pour la belle programmation 2011. Le MJF occupe une place spéciale au sein des événements culturels maltais. Depuis sa création, en 1991, il a attiré de grands noms de la scène internationale [1] tels que Chick Corea, Elvin Jones, Michel Petrucciani, Herbie Hancock, Lee Konitz, Joe Zawinul, Wayne Shorter, Mike Stern, John Scofield, The Brecker Brothers, Al di Meola, Diana Krall, Dave Douglas ou Brad Mehldau. Mais il ne délaisse pas pour autant le vivier local, qui alimente les premières parties.


JPEG - 16.7 ko
Sandro Zerafa

L’équipe, qui œuvre depuis 2009 au renouveau du rayonnement de l’événement après l’éclipse de 2006-2008, peut se féliciter du cru 2011. En effet, la programmation de cette 21e édition, qui s’est tenue entre le 14 et 16 juillet à Ta’Liesse (au bord du Grand Harbour de La Valette), est probablement une des plus éclectique à ce jour. En faisant vibrer un lieu classé « Patrimoine mondial », le MJF met en vedette le jazz contemporain, l’accent étant mis sur les liens transversaux.
Musiciens du Brésil (João Bosco), de la Jamaïque (Monty Alexander), des Etats-Unis (Ambrose Akinmusire, Seamus Blake), du Moyen-Orient (Avishai Cohen), de la Méditerranée (Nadine Axisa Band, Argotti Jazz Ensemble, Marc Galea Quintet) et de l’Afrique (Lionel Loueke), la scène était à l’image de cette identité croisée, indissociable de l’histoire de Malte.

Mélomanes, touristes, autochtones, musiciens professionnels et amateurs

Les publics - au pluriel, tant étaient différents les répertoires proposés - sont nombreux, et ravis par la richesse de l’offre musicale. Pendant que Jazz in Marciac prépare sa dernière ligne droite, alors que Jazz à Vienne n’est déjà plus qu’un souvenir et que le Festival d’Avignon bat son plein, le MJF se caractérise par une avidité des échanges.
Les organisateurs, qui veillent à conserver l’intimité du lieu, ont su faire revivre le festival. À preuve : une jauge largement atteinte trois soirs de suite.
Les fondamentaux habituels sont toujours là mais l’offre est élargie et on peut déjà vivre l’événement en amont (dès le 9 juillet et jusqu’au 18), avec un festival « Off » (« Jazz on The Fringe »), une master class (à l’Euro Institute for Music and Arts) et des concerts dans de charmants petits bars (le Bridge et son magnifique bougainvillier en fleur ou le caveau du Trabuxu Bistro). Ces lieux « off » sont aussi des points de rencontre avec les artistes arrivés en avance, tel le quintet du trompettiste Ambrose Akinmusire, qui s’est mêlé sans prétention à ses spectateurs de la veille, ou encore Jordi Rossi qui, tout pianiste qu’il est, vient prêter main forte à son ami Seamus Blake… à la batterie.

Les trois temps forts

l-Ħamis  [2], jeudi 14 juillet 2011

Une scène collée au port, prête à lever l’ancre. Des bateaux jouent les curieux. Les stands de rafraîchissements et de restauration sont déjà investis. Cette année encore, le festival offre son tout premier concert à une chanteuse, la Maltaise Nadine Axisa. Une partie du public connaît sa voix, et ses admirateurs sont là. Son sextet propose une bossa jazzifiée, sans pour autant remettre en cause l’histoire de la Bossa Nova, le set à de quoi donner le ton « afro-latino-américain » de ceux qui lui succèdent et frappent fort : Lionel Loueke Trio et Monty Alexander Harlem-Kingston Express.


JPEG - 13.2 ko
Lionel Loueke

Lionel Loueke est en forme et, son trio mené sans faute de goût ni bavardage inutile. L’assise solide que lui offrent Massimo Biolcatti (basse) et Ferenc Nemeth (batterie) lui permet de prendre des risques assumés. Énergie jazz-rock inspirée par l’Afrique et ses expériences, le trio va capter son public sans se faire prier.


JPEG - 13.8 ko
Monty Alexander

Au tour du Monty Alexander Harlem-Kingston Express. Très proche du répertoire de l’album Monty Meets Sly And Robbie (2000, Telearc), Sir Alexander et sa voix plutôt blues qui se prête parfaitement aux joutes des musiciens ont manifestement des affinités toutes particulières avec le guitariste Andy Bassford. Divisé en deux sets, l’un jazz, l’autre reggae, le spectacle tourne au millimètre, avec un Monty très concentré en parfait chef d’orchestre-pianiste-chanteur le temps de quelques belles improvisations.

Ġimgħa, Vendredi 15 juillet 2011

Malgré la chaleur et l’absence de vent, rien n’empêchera la foule de s’agglutiner à l’entrée d’un MJF pris d’assaut. Premier en piste, un « All Stars » made in Malte : les neuf musiciens de l’Argotti Jazz Ensemble. Dirigée par le pianiste Dominic Galea, cette formation forte de l’expérience de ses membres livre ici sa première prestation. Tous issus du jazz et de la richesse musicale de l’archipel maltais, ces derniers jettent un pont entre la l’un et l’autre, ou plutôt les jazz et touche sans doute un public novice grâce à la présence des deux chanteuses invitées, Doreen Galea et Claudette Pace.

Ambrose Akinmusire

Le temps d’une pause et la scène accueille le quintet du trompettiste qui monte, Ambrose Akinmusire. Celui-ci fait l’effet d’une bombe. Akinmusire (qui figure notamment sur le récent Baïlador de Michel Portal, tout comme Lionel Loueke d’ailleurs), tient le hard bop par les cornes. Son jeu très original, entre Miles Davis, Chet Baker et Clifford Brown, voire Freddie Hubbard, ne comporte pas la moindre phrase inutile. Tout y est sensuel, neuf, robuste et authentique. Une précision de jeu et d’expression qui complète la puissance de ses accompagnateurs et séduit le public.


JPEG - 13.8 ko
João Bosco

Quelques rappels pour garder en bouche ces saveurs et vibrations, puis place aux mélopées de João Bosco, qui fête ce soir-là son anniversaire. Chantre de la Música Popular Brasileira, Bosco, qui connaît bien son public pour avoir été l’un des premiers artistes invités du festival, donne ce soir un concert sans prise de risque. Pas d’extase non plus, et puis comment faire oublier le concert précédant ? Son quartet respire pourtant, et retient l’attention, mais le propos manque de saveur ; on y aurait préféré le trio Terça Feira, avec son Choro débridé, mâtiné de jazz.

Sibt : Samedi 16 juillet 2011

Dernière soirée du festival « officiel ». La chaleur est toujours là quand le Marc Galea Quintet entre en piste pour un concert sans accroc. Riche, son jeu de guitare révèle un beau sens de la mélodie servi par une grande technique, le tout proposant un jazz(-rock) inspiré.


JPEG - 12.7 ko
Seamus Blake

Changement de plateau. Le saxophoniste Seamus Blake vient présenter son nouveau projet. Le public accroche tout de suite à cette musique up-tempo, ces timbres impressionnistes faussement insolents, parfois dans le sillage de John Zorn. Tel un laboratoire vivant, le quartet triture les notes mais sur une charpente de groove imperturbable, assuré avec finesse par le batteur Jordi Rossi. Tout en craquements, vibrations, saturations, ce swing moderne s’impose avec un grain de folie. On en ressort bousculé ; une fois digérée, cette musique affecte sensiblement la philosophie et l’ouverture musicale du public, encore une fois venu en nombre.


JPEG - 19.7 ko
Avishai Cohen

Prometteur dès les premières notes, le trio Cohen-Hershovitz-Bresler sera le happy end du festival. On entre tout droit dans le vif du sujet. Ces trois trublions font une musique qui parle à toutes et à tous. Mariée au jazz, à la note bleue, sa touche de traditions ladino et hébraïque nous touche en plein au coeur. On s’enracine dans l’instant, qu’on voudrait éternel. Les rares chaises sont vite désertées, le public s’approche de la scène et le trio n’a plus qu’à cueillir l’énergie qu’il lui offre. Il le lui rend d’ailleurs au centuple, parfois par le spectacle que par la musique proprement dite…


En images

Le site officiel

NB : Sandro Zerafa publie Urban Poetics (Paris Jazz Underground, PJU005, 2011), avec Laurent Coq, Yoni Zelnik, et Karl Jannuska.

par Jimmy Braun , Julien Vinet // Publié le 14 septembre 2011

[1Sélectionnés par le directeur artistique, Sandro Zerafa, le plus français des jazzmen maltais, membre du Paris Jazz Underground.

[2l-Ħamis (il-hamis) : jeudi en maltais ; Ġimgħa (djim’a) : vendredi ; Sibt (sipt) : samedi.