Chronique

Marius Neset

Circles of Chimes

Marius Neset (saxes), Jim Hart (perc), Anton Eger (dms), Petter Eldh (b), Lionel Loueke (guit), Andreas Brantelid (cello), Ingrid Neset (fl), Ivo Neame (p)

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

Le compositeur et saxophoniste Marius Neset maintient la cadence d’un disque par an avec ce nouvel album sorti sur le label ACT, qui démontre une fois encore la créativité qui le caractérise et qui lui a valu bien des hommages, notamment un Grammy Award (pour son album Lion). Celui qui a aussi collaboré au magnifique E.S.T Symphony propose avec Circles of Chimes un disque bouillonnant d’idées, et qui s’attache à brouiller les pistes. Originellement enregistré en 2016 pour le concert du nouvel an à la philharmonie de Cologne, il s’agit ici du disque le plus personnel du saxophoniste norvégien, mais aussi le plus sombre et le plus mélancolique.

« Satellite » ouvre le propos, avec le son des cloches - fil conducteur des 10 titres de l’album - que le violoncelle survole, nous plongeant dans une ambiance onirique, voire féerique. Du très festif et dansant « Star » au langoureux « Prague’s Ballet », en passant par le sulfureux « Sirens of Cologne », c’est un tournoiement de rythmes et de notes que les huit musiciens conjuguent à tous les temps. Pour cet exercice de haute voltige, Marius Neset à tenu à s’entourer de collaborateurs de longue date, à savoir le percussionniste Jim Hart, le batteur Anton Eger, le contrebassiste Petter Eldh et le pianiste Ivo Neame, auxquels s’ajoutent le guitariste Lionel Loueke (Herbie Hancock, Terence Blanchard), le violoncelliste Andreas Brantelid et la flûtiste Ingrid Neset, sœur du saxophoniste.

Un disque qui propose une musique riche, à la croisée des mondes qui l’inspirent, de la part d’un musicien inventif et tout simplement fascinant par la vitalité qu’il insuffle à son œuvre.