Nancy Jazz Pulsations : l’édition 2010 est avancée !

L’affiche du Festival 2010 signée Paul Malburet

Présenté le 30 juin 2010 par Patrick Kader, directeur artistique de Nancy Jazz Pulsations, le menu du festival – qui doit encore subir quelques ajustements - nous réserve nombre de plats de résistance alléchants que Citizen Jazz ne manquera pas de déguster, et qui trouveront place en différents lieux bien connus des autochtones : le Chapiteau de la Pépinière d’abord, symbole d’une manifestation bien ancrée dans l’histoire de la Lorraine ; le Magic Mirrors, sorte de petit frère du précédent qui n’en est distant que de quelques dizaines de mètres ; la Salle Poirel et son parfum XIXe siècle. Mais aussi l’Opéra Théâtre, la Cathédrale de Nancy, la Fabrique (qui jouxte le Théâtre de la Manufacture), l’Autre Canal et sa couleur rouge teintée de rock et d’électro… sans oublier un certain nombre de « délocalisations » bienvenues aux quatre coins de la région.

Mais NJP, ce n’est pas qu’une série de concerts : c’est aussi un état d’esprit, une prise en compte de la réalité sociale visant à rendre la musique accessible à des publics qu’on qualifie trop vite de sensibles ou « empêchés » ; témoins, les opérations telles que les Quartiers Musiques [1], Jazz de Cœur [2], Jazz à tous les étages [3]. De plus, le festival s’attache à sensibiliser au mieux les jeunes publics via des dispositifs spécifiques : il y aura ainsi un Concert Jeune Public [4], des animations données dans des écoles, des bibliothèques et des médiathèques. Bel effort qu’il convient de souligner ici car qu’il révèle une vraie démarche pédagogique, une des marques de fabrique des NJP. Et si on ajoute la fête dominicale Pépinière en Fête et les nombreux apéros jazz, on aura un idée fidèle de cette volonté de diffusion d’une expression artistique qui ne veut faire l’impasse sur aucun public.

Pour en savoir plus, on se reportera bien entendu au site Internet, mais qu’on nous autorise dès à présent une première sélection, forcément subjective et parfois difficile en raison de la simultanéité de certains concerts…

Dès le premier soir, on pourra aller glisser ses oreilles du côté de la Salle Poirel où l’intrigant Vienna Vegetable Orchestra et ses instruments éphémères partageront l’affiche avec le magnifique Orchestre National de Jazz qui proposera Around Robert Wyatt sous la direction de Daniel Yvinec.
Deux jours plus tard, en cette même salle, il sera difficile de résister au Dhafer Youssef 4tet avec Tigran Hamasyan. Le lendemain 9 octobre, le public se partagera entre l’Opéra de Nancy où Richard Galliano jouera Bach, et la Salle Poirel avec un extra-terrestre du jazz, le contrebassiste Avishai Cohen (par avance l’un de nos coups de cœur). Les amateurs de blues se réjouiront, eux, du retour au Chapiteau du vétéran John Mayall, précédé d’une résurgence ayant pour nom… The Yardbirds !
Le 11, pourquoi, après tout, ne pas saluer le turbulent Jacques Higelin au Chapiteau de la Pépinière ? A quelques jours près, le Jacquot de Pantin soufflera ses 70 bougies, et on peut parier que Nancy lui fera la fête.
Le lendemain, la sélection sera impitoyable : il faudra balancer entre le trio de John Butler au Chapiteau de la Pépinière et Jan Garbarek & The Hilliard Ensemble à la Cathédrale. Au même moment, du côté de la Fabrique, une belle soirée de jazz français avec le Trio de Thomas Savy suivi du quartet de Diego Imbert.
Le 14, cap sur le Chapiteau ; il semble évident que le concert de Dave Holland sera, comme toujours, un temps fort et un moment intense.
Le 15, la Fabrique mettra à l’honneur la chanteuse coréenne Youn Sun Nah accompagnée du guitariste suédois Ulf Wakenius.
En guise de soirée de clôture, Marcus Miller viendra revisiter le Tutu de Miles Davis [5] au Chapiteau de la Pépinière, ce qui ne devra pas nous faire oublier le trio du flûtiste Michel Edelin, qui se produira dans le cadre plus intimiste de la Fabrique.

On l’aura compris, la programmation jazz de cette nouvelle édition de Nancy Jazz Pulsations paraît plus étoffée que ces dernières années. Souhaitons-lui de rencontrer un public suffisamment nombreux pour que l’aventure se poursuive dans les meilleures conditions et fasse encore longtemps vibrer les soirées lorraines.

[1Résidences dans les grands ensembles d’habitation sociale.

[2Concerts en milieu hospitalier.

[3Concerts chez l’habitant.

[4Sensibilisation de 1 500 élèves des écoles primaires.

[5Dont il fut, rappelons-le, le producteur et arrangeur.