Chronique

Scott DuBois

Autumn Wind

Scott DuBois (g), Gebhard Ullmann (ts, clb), Thomas Morgan (b), Kresten Osgood (d), Eva León (v), Conway Kuo (v), William Frampton (viola), Sarah Rommel (cello), Erin Lesser (fl), BJ Karpen (hautbois), Elisabeth Stimpert (cl), Michael Harley (basson)

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

Avec ce nouvel album, Scott DuBois s’inscrit durablement dans un jazz climatique. En effet, Autumn Wind succède immédiatement à Winter Light ; en outre l’esthétique impressionniste que propose le guitariste new-yorkais n’est pas sans rappeler une saison qui se prête à la contemplation. Il n’y a en effet ni thème, ni développement de chorus ; plutôt une matière impalpable qui s’étire et se rétracte au gré des improvisations. On laissera à l’auditeur le loisir d’y trouver mille et une nuances d’ocre, de marron et de roux, d’y sentir l’humidité, la matière organique qui se décompose, l’humus et des sentiments où se mêlent plénitude et mélancolie.

On soulignera en revanche la présence de Gebhard Ulmann, Kristen Osgood et Thomas Morgan qui participent aux albums de DuBois depuis Banshees pour les deux premiers et à l’ensemble de sa discographie pour le dernier.

Le quartet est donc une entité forte et on peut imaginer que les musiciens se connaissent sur le bout des doigts. On note également que se trouve sur cet album, en plus de la formation initiale, un octet de cordes et de bois. On imagine alors une multitude de couleurs, de teintes et de tons - et on a raison.