Portrait

Sébastien Llado dans le boudoir de Proust

Un tromboniste qui ne boude pas ses plaisirs…


Une famille de musiciens, le conservatoire national de Noisiel, l’ASMM, la Berklee de Boston, le CNSM de François Jeanneau, l’ONJ de Claude Barthélémy… autant dire que Sébastien Llado mène rondement sa carrière. Quand, en plus, on sait qu’il a joué aussi bien avec Ars Nova que Pat Metheny, Maria Schneider, George Russel, Mambomania ou Danilo Perez… Qu’après avoir animé Spice ‘Bones, il a aujourd’hui un trio et un quartet, on se demande ce qu’un tromboniste aussi éclectique a bien pu répondre à Marcel…

  • Ma madeleine…

Miles Davis « In a silent way » (un souvenir avec Spice ’Bones) et le solo de Brecker dans « Careless Wisper » de George Michael (mon premier slow).

  • Le bonheur musical parfait…

Ce serait de jouer tous les soirs !

  • En tant que musicien, j’ai été le plus heureux…

Entre autres, et dernièrement, au festival de jazz de Vancouver, en tournée avec l’ONJ.

  • Le trait principal de ma musique…

Mélodique, thématique et conceptuelle (désolé, j’arrive pas à en mettre qu’un !).

  • Si je devais changer une chose dans ma musique…

Je suis fier de mes progénitures musicales, elles me reflètent assez fidèlement.. on ne renie pas ses enfants ! Mais si je pouvais y changer quelque chose, ce serait sa diffusion discographique (Ah ! Pouvoir sortir un disque tous les 6 mois comme Zappa).

  • Ma plus grande peur quand je joue

En fait, je n’ai pas peur… mais peut-être que je devrais… je dois être inconscient !

  • Ce que j’ai réussi le mieux dans ma vie musicale…

Je n’en sais fichtre rien pour l’instant ! On en reparle dans 10-20 ans ?

  • Mon plus grand regret musical…

De ne pas savoir ce que c’est que d’être monté sur scène avec Miles ou Zappa ou les Beatles…

  • Je rêve de jouer… A la salle Jacques Brel à Champs sur Marne. Sinon, au Birdland à New York (dans le pire des cas, si Champs sur Marne ne peut pas se faire)…
  • La qualité que je préfère chez un musicien…

L’oreille. Mais aussi le fait de savoir s’affranchir de ses idoles et le fait de savoir s’entourer.

  • Les fautes musicales qui m’inspirent le plus d’indulgence…

Le manque d’espace entre les notes dans le jeu, car ça peut s’acquérir avec la maturité… Regardez, Claude Barthélémy progresse encore !

  • Mon instrument préféré…

La conque de lambi…

  • Les musiques que j’aime par-dessus tout…

Toutes… c’est grave, docteur ?


JPEG - 29.7 ko
Sébastien Llado à New York
© Alexandra Dufour

  • Mes héros musiciens…

Paul Mc Cartney, Michael Brecker, Miles Davis, John Coltrane, Frank Zappa, Prince, Frank Rosolino, Stevie Wonder…

  • Mes disques de chevet…

Gainsbourg « Melody Nelson », Frank Zappa « Roxy & Elsewere », Kenny Wheeler « Music for small & large ensemble », Carla Bley « Big Band Theory », Dave Douglas « Charms of a night sky », Les Quatuors de Debussy, Fauré et Ravel, Madonna « American Life » et Michael Jackson « Beat It ».

  • La chanson que je siffle sous ma douche…

« La fête de l’eau » !!! ou sinon, ce qui passe à la radio (car j’écoute souvent la radio sous la douche).

  • Ma note favorite…

Do, parce que c’est la note « number one »… Meuh non, j’rigole ! j’les aimes toutes, mêmes les plus approximatives !

  • En musique, je déteste par-dessus tout…

Que ce que j’écoute ne me fasse rien.

  • Mes peintres favoris…

Salvador Dali, Franquin, Enki Bilal.

  • Mes films cultes…

Retour vers le Futur 1 (R. Zemeckis), Interstella 55555 (Daft Punk), Cuisines et dépendances (Bacri / Jaoui), Big fish (T. Burton).

  • Mes auteurs favoris…

De chansons : Vincent Jourde, Bobby Lapointe, Boris Vian, Serge Gainsbourg, Zazie. Sinon : Maurice Leblanc, Milan Kundera et Bernard Werber…

  • Ma boisson préférée…

« Vennezio » (apéritif sucré et amer sans alcool au goût super chimique !).

  • Mon plat préféré…

Tous ceux qui sont faits avec des bon produits et de l’amour.

  • Mon occupation favorite…

Démarcher pour mes groupes ! (C’est pas mon occupation favorite, mais c’est en tout cas l’occupation qui prend le plus de place dans ma vie en dehors de la musique !). Sinon, le jardinage et l’informatique musicale.

  • Le don de la nature que je voudrais avoir…

Savoir me satisfaire de ce que j’ai.

  • Le morceau que je veux pour mon enterrement…

L’interview de Jacky Bernard par Fernand Raynaud.

  • L’état présent de ma démarche musicale…

Reconstituer le puzzle de ma propre personnalité au travers de mes divers projets avec leurs répertoires et leurs esthétiques propres, et essayer d’y donner cohérence et profondeur sur le long terme.

  • Ma devise…

« On peut tromper 1000 fois… euh… non… »