Scènes

Südtirol Jazz Festival (Alto Adige), 32è édition (I)

Cette année, le festival de jazz du Südtirol (Alto Adige en italien) est consacré en grande partie à la jeune scène française.


Cette année, le festival de jazz du Südtirol (Alto Adige en italien) est consacré en grande partie à la jeune scène française. L’occasion de voir tous ces musiciens réunis (ou presque), mais aussi de cruels dilemmes au moment du choix. Premières sensations, rêveries, fantasmes et autres libres associations. Et la musique de « Pipeline ».

Je ne puis arriver en terrain montagneux sans me prendre, un bref instant, pour l’un des héros cyclistes de mon enfance. Ici, dans les Dolomites, j’avais le choix entre Louison Bobet, qui a du porter le maillot rose (quel choix de couleur !) en 1954, Fausto Coppi, qui fut sans doute le champion italien le plus incisif, avec son nez d’aigle, ou Hugo Koblet, pédaleur de charme qui n’oubliait jamais de se recoiffer d’un rapide coup de peigne à l’arrivée de chaque étape, surtout quand il avait gagné. Après avoir loué un vélo moderne muni d’un dérailleur compliqué et d’un nombre incalculable de vitesses, et progressé avec peine sur une pente bien modeste sans grand succès, je remisai mes fantasmes, et me contentai de rouler sur le plat, le long d’un torrent de montagne. Il faisait beau, le soleil était de retour après une arrivée sous la tempête, la journée s’annonçait superbe.

Bolzano (Bozen) est une ville de 100 000 habitants, candidate au titre de capitale européenne de la culture, située à une centaine de kilomètres de Venise, d’une part, et à peu près autant de Vienne, d’autre part. Le Haut-Adige (Alto Adige en italien) est une région également nommée (en allemand) Südtirol : tout est compris dans cette double dénomination. Pour les Autrichiens, c’est une province située au sud de leur Tyrol, et à ce titre, ils la revendiquent comme la leur ; pour les Italiens, c’est un territoire situé au nord de l’Adige, second grand fleuve italien qui se jette dans l’Adriatique un peu au sud de Venise. Selon Vincenzo, un collègue « jazz critic » avec qui j’ai sympathisé dès hier cependant que quelques autres se réjouissaient de la victoire de l’Allemagne sur l’Algérie, la présence italienne en Südtirol est liée à la période du fascisme, pendant laquelle de nombreux travailleurs sont venus s’installer ici où il y avait du travail, renversant le proportion historique des deux langues au profit de l’italien. Incontestablement en tous cas, ce vrai bilinguisme (assez rare) est une richesse.

Bolzano Photo PH. Méziat

Ainsi installé dans une région où la culture est très présente, et depuis longtemps, et notamment la musique puisque la famille de Carlo-Maria Giulini s’est installée à Bozen dès 1917 (le grand chef italien y est enterré et son portrait est visible un peu partout sur les murs de mon hôtel), je pensais - non sans une certaine satisfaction étrange - qu’en définitive, notre soi-disant « supériorité » culturelle était totalement usurpée dans la mesure où, jusqu’à François Ier en tout cas, nous étions un vaste territoire peuplé de hordes quasi sauvages, alors qu’entre Venise et Vienne s’épanouissaient déjà des arts extrêmement raffinés. D’où la présence aujourd’hui à Bozen (Bolzano) d’un festival de jazz « vif » consacré à des musiciens déjà fort peu connus sous nos climats, et encore moins dans mon Aquitaine, région qui reste, dans un hexagone étroit, une zone très protégée et ringarde en matière d’art. Mais passons.

Bolzano Photo PH. Méziat

La première journée, en dehors d’exploits sportifs modestes, fut consacrée à la reconnaissance du terrain de jeu de la semaine, restaurant du midi et du soir où rencontrer collègues et surtout musiciens, et consultation d’un programme si riche qu’il m’aura déjà valu de faire des choix cornéliens. Ou shakespeariens, puisque Vérone n’est pas loin. Alors, Roméo ou Juliette ? Peirani ou Desprez ? (qui se prénomme Julien, je le fait observer). Aujourd’hui 1er juillet par exemple, ils jouent à la même heure dans des lieux séparés par quelques kilomètres de montagne, Vincent avec Émile (pas de surprise) mais aussi avec la chanteuse Serena Fisseau (ça c’est excitant), et Desprez avec un tout nouveau trio où officient Sylvain Darrifourcq et l’organiste Kit Downes ! Voyez le dilemme… Je n’ai pas encore choisi. J’appelle à l’aide, mais quand ce papier paraîtra il sera trop tard. Et si encore on en restait là ! Mais non. Au cours de la semaine, il me faudra choisir entre Radiation 10 et Andreas Schaerer, un chanteur absolument formidable que je rêve d’entendre à nouveau depuis un certain concert, en septet je crois, à Cully il y a quelques années. Plus tard, qui vais-je privilégier entre le duo Myssil de Sylvaine Hélary et Noémi Boutin, et Ping Machine ? Toute la semaine est ainsi. Et l’on aura reconnu un trait hystérique chez moi, modéré mais présent : quand il n’y en a pas assez je proteste, et quand il y en a trop je me plains. Voilà bien les ingrats.

Vous ai-je dit, avant de passer aux choses moins sérieuses, et surtout moins disposées en série, que ce festival a des airs de Jazz à Luz-St-Sauveur, son stade du respir et son verger fleuri, qui aurait croisé son altitude avec les dimensions historiques des vieilles pierres de Jazz Campus en Clunisois ? Le tout avec, visiblement, les moyens d’inviter une pléiade de musiciens de chez nous pendant près de dix jours. Voilà, c’est dit. Filons vers la banlieue ouvrière de Bozen (Bolzano), Pipeline nous y attend dans un décor de verdure et de montagnes, dans une lumière du soir digne de Caravage (oui, j’en rajoute un peu), et une ambiance qui sera vite survoltée. L’accueil réservé à cette musique au fond assez complexe, sous des airs d’envoyer la purée, fut en effet formidable.

Antoine Viard, KlausWidmann Photo PH. Méziat

Pipeline, c’est donc Antoine Viard (ts, comp), Fanny Lasfargues (el-b), Yann Joussein (dm), Ronan Courtr (b). Et c’est à la fois efficace et subtil. Tout semble se passer entre les trois du fond, les deux basses et la batterie, mais rien ne tiendrait longtemps sans la voix (sauvage ou lyrique, ou les deux à la fois) du saxophoniste, qui a le rôle le plus ingrat (se tenir devant, et s’y tenir, sans regarder les autres), et le plus important (c’est lui qui fait tenir la musique « ensemble »). Des pièces qui laissent place à (au moins) 50% d’improvisation (et une invention joueuse, riante, drôle, qui fait venir le sourire aux lèvres des uns et des autres), et qui se tiennent entre une sorte de hard rock punk free joué à la perfection, et de douces mélopées à peine murmurées par le « leader » au saxophone. Ça envoie du son sauvagement, et « bassement » si je puis dire, mais ça se tient aussi entre chien et loup. Ça rebondit toujours, entre les deux bassistes qui s’écoutent et s’entendent, mais aussi entre contrebasse et batterie, ou basse électrique et batterie. Fanny Lasfargues propose souvent de courtes séquences, reprises ici ou là elles deviennent des thèmes, ou s’enfuient dans la nature après avoir produit leur effet. Et toujours, lyrique ou rêveur, entre un son à la Barbieri et des plaintes à la Albert Ayler, Antoine Viard poursuit son idée. Après une heure et demie de concert, on en redemandait « encore » évidemment.

A suivre.