Le jazz a sa tribune depuis 2001

Edition du 26 mai 2024 // Citizenjazz.com / ISSN 2102-5487

Les dépêches

The Danger of Jazz in Art

Communiqué :

Bobby Few étudie le piano dès l’âge de 7 ans, puis poursuivra, plus tard, l’étude de la théorie musicale et de la composition au Cleveland Institute of Music. Dès 16 ans, il commence à jouer dans des clubs de jazz de Cleveland . Il a même l’immense chance de jouer entre les sets d’un concert d’Ella Fitzgerald qui, attendrie par la jeunesse de Bobby, l’encouragera chaleureusement…

Au début des années 60, son ami d’enfance, Albert Ayler, l’aide à faire le grand saut : il lui conseille de partir pour New York. C’est là qu’il enregistre son premier disque avec Booker Ervin « The In Between » puis un second avec Albert Ayler intitulé « Music Is The healing Force of The Universe », tous deux récemment réédités. Il jouera également avec Brook Benton, un chanteur de rhythm and blues, qu’il accompagnera à travers le monde et dont il deviendra le directeur musical.

Concert après concert, la kyrielle d’artistes avec lesquels il travaille sont des plus prestigieux : Archie Shepp, Kenny Clarke, Frank Wright, Jo Henderson, Woody Shaw, Sunny Murray, Roland Kirk, Nat Adderley, Frank Foster, David Murray, Bill Dixon, Albert Ayler ou encore Steve Lacy qu’il accompagnera à travers l’Europe, les Etats-Unis et le Japon de 1980 à 1992. Durant sa longue et riche carrière, Bobby Few a également collaboré à plus de 70 enregistrements dont le dernier en date, « Heavenly Places », en duo avec Avram Feffer et produit par Box Holder Records (New York).

Fabienne Audéoud est une plasticienne et musicienne basée à Paris. Ses travaux en solo et en collaboration ont été montrés dans de nombreuses expositions de groupe et solo à entre autres : Tate Modern, ICA, Camden Art Centre, South London Gallery (Londres) ; Ikon Gallery (Birmingham) ; Moderna Museet (Stockholm), Bergens Kunstvererig (Bregenz) ; Fundació Antoni Tàpies (Barcelone), Serralves Museum (Porto), Confort Moderne (Poitiers) … Ses peintures figurent actuellement dans l’exposition « Intrusion » au Petit Palais (Paris) et dans « ne pas toucher au choses mortes » à la Villa Arson (Nice) et début mai à the rental gallery New York. Depuis son retour de Londres à Paris elle travaille sur une performance musicale de grande envergure « The Hit ».

Renaud Bézy, artiste basé à Paris depuis 2002. Il manie toute forme de médium : peinture, installation, animation numérique avec une prédilection pour l’outil informatique. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions tant en France qu’à l’étranger (Angleterre, Allemagne, USA, Chine… etc.). Il participera au mois de mars à Flatland Limo Project, un événement en parallèle de l’Harmory Show à New York organisé par l’artiste et commissaire indépendante Holly Crawford. Investi dans divers projets artistiques initiés par des artistes, Renaud Bézy collabore régulièrement avec Fabienne Audéoud depuis mai 2007, que ce soit pour organiser des événements ou produire des pièces à deux.

Benjamin Sanz, batteur et compositeur, compte à son actif de nombreuses collaborations. Il est à l’initiative de plusieurs projets habités par le jazz et les musiques de racines africaines. Tourné vers la créativité et l’improvisation, son jeu polyrythmique provoque l’échange, privilégie une pulsation forte et la cohésion du son d’ensemble. Formé au contact de grands musiciens et par ses voyages, il a joué en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis avec David Murray and the Gwo KaMasters, le groupe Benkadi, Byard Lancaster, Roy Campbell, Dgiz, Hervé Samb, Lobi Traoré, Safiata Condé, Ninjazz !, Frank Lacy, Aïda Kahnn, Lafayette Gilchrist, Napoléon Maddox, Sabir Mateen, Iswhat ?! et Bobby Few… Il prépare un enregistrement avec son groupe, le « Benjamin Sanz Quintet ».

Harry Swift est installé à Paris depuis 1980. Il a étudié la contrebasse avec, entre autre, Jacques Cazauran et François Rabbath. Il a travaillé avec de nombreux musiciens américains tel que Bobby Few, Joe Lee Wilson, Annette Lowman, Steve Lacy, Kirk Lightsey, Mal Waldron et Bill Hardman. Depuis 1985, il joue régulièrement avec Bobby Few en duo, en trio avec Noel McGhie, avec le saxophoniste Byron Pope et avec le Bobby Few Explosions Project (avec Rasul Siddik et Ricky Ford). En 1995, Harry Swift forme un trio avec Jean-Claude Montredon à la batterie et Jon Handelsman aux saxophones.En 2002, il a enregistré « Let it Rain » avec le Bobby Few Quintet. En 2003, il a enregistré avec le trio Handelsman, Montredon, Swift et également avec la pianiste brésilienne Maria Ines Guimaraes avec laquelle il joue depuis 1992. En 2004, il a enregistré avec le Bobby Few Quintet et le quartet de Noah Howard. De plus, il a travaillé récemment avec le trio de Sunny Murray. Ainsi, Harry Swift accompagne Bobby Few, de façon constante, depuis 1985. C’est l’ami et compagnon de route de toujours.

Charlotte de Jésus programme l’Olympic Café de 2005 à 2007, explorant la scène afro-parisienne de griots et artistes immigrés avec le Festival Rue Léon, et les boutures jazzistiques et improvisantes des musiques de demain. Compagne des Jazz Sessions de la Miroiterie, active auprès du Festival La Belle Ouie, du Festival au Féminin