Une présidente à la tête de Nantes Jazz Action et autres histoires du jazz

Criss Cross au Pannonica

Mise à jour 19 janvier 2020

Il s’en passe à Nantes, dans le milieu du jazz.

Parfois, il suffit d’un battement d’aile de papillon d’un côté du globe pour provoquer une tempête aux antipodes. Mais parfois, c’est plus simple, il suffit de jouer aux chaises musicales, ça marche aussi. Cet été et cet automne, le Pannonica de Nantes a vécu de nombreux changements. Petit résumé…

Précédemment, au Pannonica

Tout d’abord, le co-directeur artistique et culturel Cyrille Gohaud a pris la décision de quitter ses fonctions au printemps dernier pour tenter une nouvelle aventure. Il vient de porter sur les fonts baptismaux DETONNANTES PRODUCTIONS, une nouvelle agence artistique pour représenter les musiques créatives et festives et les projets transdisciplinaires. DTN Prod, comme on dit, représente déjà les artistes suivants : Kadri Voorand, Yoann Loustalot, Tony Paeleman, Sissel Vera Pettersen, Coccolite et Geoffroy Tamisier. Bonne route, donc.

Saison 19-20

Du coup, la saison artistique 2019-2020 a été confiée à Michael Parque, membre du Conseil d’Administration de Nantes Jazz Action, l’association qui préside aux destinées du Pannonica. Michael Parque est aussi photographe à Citizen Jazz. Cette saison était particulière puisque la salle du Pannonica est restée fermée pour travaux jusqu’en janvier, les propositions artistiques sont donc faites en partenariat avec les salles de la métropole (Lieu Unique, Le Dix, la Fabrique Chantenay, etc.). C’est la saison en cours qui se termine en juin 2020.

Nouvelles têtes

Entre-temps, le recrutement pour un.e nouveau.elle co-directeur.trice artistique et culturel a donné lieu à une sélection ex-æquo entre Sylvain Elie (anciennement chargé de diffusion pour l’Orchestre National de Jazz) et Frédéric Roy (ancien programmateur de Plages Magnétiques à Brest). Il a fallu attendre cet automne pour que le choix soit fait et entériné par le ministère de la Culture et que Frédéric Roy soit nommé.
Dans le même temps, une nouvelle chargée de l’action culturelle - Camille Rigolage et une chargée de billetterie et relations publiques - Camille Retailleau venaient renouveler une partie de l’équipe.

Mais, comme le mouvement crée le mouvement, dans la foulée, l’Assemblée Générale de l’association Nantes Jazz Action a renouvelé une partie de son conseil d’administration qui a élu Mme Elisabeth Sourdillat présidente de Nantes Jazz Action. Une première pour cette association fondée il y a 25 ans. Les autres membres du bureau sont Michael Parque (secrétaire) et Grégoire Pateau (trésorier) [démissionnaire]. L’ensemble du CA est consultable sur le site du Pannonica.

Puis, devant l’attitude offensive du co-directeur en charge du projet artistique et culturel, Frédéric Roy, qui en quelques semaines a provoqué un blocage dans le fonctionnement de l’équipe, le conseil d’administration de NAJA a voté le 20 décembre 2019, une rupture de contrat avant la fin de la période d’essai. Le 13 janvier, lors d’une rencontre avec les tutelles de l’association (Etat, Région, Département et Ville), le bureau a expliqué les raisons de cette décision. Le 15 janvier, via un communiqué envoyé à la presse, les tutelles annonçaient que l’association NAJA était mise en demeure de remédier à la situation sous six mois et que les subventions étaient coupées.
[Situation à jour le 19 janvier 2020]