Scènes

Wrong Side à la Cave Poésie

Wrong Side s’est produit quatre fois à la Cave poésie de Toulouse. Retour sur la première soirée.


Photo : Pierre Vignacq

En plein cœur de Toulouse, la Cave Poésie accueille depuis 60 ans les acrobaties les plus diverses que les créateurs en tout genre font faire aux mots.

Ce mercredi 27 septembre - une fort belle journée au demeurant - c’est Alex Pique, Marc Démereau et Didier Kowalsky qui y foulaient les planches. Ils y avaient convié Tom Waits. Enfin… son esprit. Et ce à double titre car, là où certains auraient pu penser que le trio toulousain aurait repris le répertoire du chanteur le plus tabagique de la Californie, ce fut l’atmosphère de Waits qui y avait pris place.

L’âme de Waits donc imprégnait - que dis-je, imbibait la scène, la salle et jusqu’au bar. De la part de l’auteur de Nighthawks at the Diner quoi de plus naturel ? Alex Pique à la guitare et à la batterie, Marc Démereau avec son fidèle sax baryton mais aussi au banjo et à la scie, en plus de l’électronique que ces deux francs-tireurs manient également, posaient le cadre : un mélange trituré où pointent amour, mélancolie et douleur.
Mais c’est Didier Kowalsky, dans le rôle du conteur, qui a habillé cette heure et demie de tout ce qui contribue à l’univers propre à Tom Waits. Le concert fut une succession de vignettes peuplées d’autant de femmes enceintes de dope que de Pontiac rouillées dans la cour. On y trouvait bien sûr des litres de bourbon et pléthore de bonhommes que la vie a cramés : celui-ci plaqué par sa belle et ses trois dollars en poche ou cet autre refroidi tandis qu’il glanait pour sa déesse une bague en accord avec ses talons rouges.

Une balle dans la peau en somme pour celle qu’il avait dans le cœur. Mais en fait de cœur, c’était surtout celui du roman noir dans lequel le trio nous a plongés. Une littérature qu’ils auraient pu intituler « Sexe, drogue et rock’n roll ». Si ce n’était déjà pris.


JPEG - 206.2 ko
Marc Démereau par Pierre Vignacq