moers festival 2019

On ne change pas de moeurs

Fondé en 1971 par Burkhard Hennen, le « moers festival » fait partie de ce rare ensemble de festivals européens nés dans les années 70 et voués dès le départ à la scène free jazz, et plus généralement à celle des musiques improvisées européennes.
« Tout sauf le mainstream » pourrait être sa devise, qu’il partageait à l’époque avec de nombreuses autres manifestations en voie de création, en France, en Allemagne, en Europe occidentale. Malgré une légère inflexion du côté de la « world music » la plus inventive, cet axe artistique a été maintenu, et moers (Moers) continue à être l’un des lieux les plus visités par les amateurs de sensations fortes et de musiques vraiment actuelles.
En 2005 la direction est revenue à Rainer Michalke, et c’est Tim Isfort, un enfant du pays, qui le remplace aujourd’hui.

Parmi les « historiques », qui ont parfois été enregistrés par le label qui porte le même nom que le festival (sans majuscules), on citera Lester Bowie, Fred Frith, Jan Garbarek, Herbie Hancock, Abdullah Ibrahim, David Murray, Sun Ra, Archie Shepp, Anthony Braxton et Cecil Taylor.
Aujourd’hui, le festival, situé dans la basse vallée du Rhin, est concentré sur une période de quatre jours, et on pourra y voir et y entendre cette année le Sun Ra Arkestra, Peter Evans dans divers projets, Raffaelle Rinaudo, Ikui Doki, Phil Minton, le Global Improvisers Orchestra, Flat Earth Society, Atsushi Suyama, et un grand nombre d’autres musiciens à découvrir.

Renseignements : www.moers-festival.de