Chronique

Chalaba

Joachim Kühn, Majid Bekkas, Ramon Lopez

Joachim Kühn (p, as), Majid Bekkas (guembri, oud, voc), Ramon Lopez (d, tabla, perc)

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

Après un deuxième album qui faisait la part belle aux invités, qu’ils soient gnawa ou béninois, le trio « Kalimba » - comme on l’appelle parfois, du nom de son premier album - se retrouve en studio et en petit comité pour inaugurer un nouveau répertoire sous la double houlette de Walter Quintus, l’ingénieur du son qui poursuit un long compagnonnage avec Joachim Kühn (depuis Get Up Early en 1991) et de Siggi Loch, patron du label ACT.

« Chalaba », le titre de l’album et de sa plage centrale, est un traditionnel gnawi, le plus connu et le plus repris de tous, peut-être grâce à son riff de quatre notes qui permet les harmonies les plus ouvertes. Il est ici exposé de manière presque traditionnelle par Majid Bekkas à la voix et au guembri, rejoint d’abord par un Ramon Lopez d’une sobriété grave qui évoque les martinetes flamencos, puis par le piano qui ouvre tranquillement les fenêtres puis s’engouffre dans les courants d’air harmoniques, tire le thème à lui, embarque la batterie dans sa course. On le croit prêt à prendre le pouvoir, à annexer le thème, à le naturaliser « kühnien », pourtant les appels à la transe de Bekkas, qui reprennent bientôt, s’y trouvent parfaitement chez eux.

C’est ainsi, en effet, que fonctionne ce trio. Mélange de traditions - berbère, flamenca, africaine, indienne : les tablas, européenne : le piano - qui nourrit la modernité du propos. Modernité qui revitalise les traditions, les empêche de tourner en rond pour un parterre de consommateurs.

Point commun entre les trois musiciens : leur recherche de la transe, bien au-delà d’un simple groove : cet état de jouissance où vous transporte la conjonction du répétitif et du foisonnant. Ce n’est pas pour rien, sans doute, que la première plage du disque s’intitule « Enjoy » ! Majid Bekkas est un expert en la matière ; s’il ne dévie jamais de sa route au guembri, c’est pour mieux vous y scotcher tout en pressant le pas, sournoisement. Mais qu’il s’empare du oud, et le voici volubile, mélodique. Kühn, qu’il soit au piano ou au sax alto, est un danseur qui risque d’abord quelques mouvements hésitants, reconnaît le terrain, trouve peu à peu son assise et son élan, s’enhardit et se laisse transporter, transpercer, traverser par la musique. Ramon Lopez retrouve avec d’évidentes délices (entendez-le notamment aux tablas sur « Asmaa », sur les toms au milieu de « Soon In June ») l’ivresse primaire, physique, du frappeur de peaux : la plénitude du son, l’immédiateté du mouvement. Bref, ces trois érudits savent mettre leur science au service d’une authentique luxure sonore…

Alors bien sûr, on pourrait aussi gloser. S’amuser avec les titres. Trouver que « Return To Normal » est bien trouvé, pour un morceau dont le lent balancement est d’une sournoiserie sensuelle sans exemple. Se demander si « The Second Egg » renvoie à un autre album de Kühn - Journey To The Centre Of An Egg. S’interroger sur « Moon In June » et ses éventuelles connexions avec Soft Machine (« Soon In June ») - souvenir d’Amougies ?
On peut aussi se demander pourquoi « Play Golf In The Fresh Air », qui est un rock éhonté et fichtrement efficace, boite bas tout en tournant rond - et répondre : le thème est bien binaire, un 4/4 carré comme une armoire, mais il tourne par séries de trois mesures et vous donne ainsi l’impression de manger le temps. Mais je ne suis pas certaine que là soit l’essentiel.

L’essentiel est dans le bonheur de jouer qui imprègne cette musique. Une musique que je vous recommande d’écouter - pas seulement de l’entendre - en mettant le son suffisamment fort pour ne rien manquer des dialogues guembri/batterie, pour percevoir la matité du oud et la profondeur du piano, pour capter l’intelligence d’un coup de cymbale. Et d’aller voir sur scène, ensuite. On annonce le trio sur plusieurs scènes françaises et européennes [1] cette année. Ce serait dommage de le rater.

par Diane Gastellu // Publié le 9 janvier 2012

[1Munster, Coutances, Vigo, Vitrolles, Pontevedra, Souillac, Crest, Belgrade…