Scènes

Un Medium contre la dictature de l’immédiat

Pierre de Bethmann fêtait au New Morning la sortie d’Exo, second disque du Medium Ensemble. Samedi 21 janvier 2017.


Photo © Fabrice Journo

C’était une soirée Sunset « hors les murs ». En deux longs sets, Pierre de Bethmann a fait la démonstration du foisonnement de sa musique. Au programme, les longues compositions tirées des deux volumes déjà publiés par le Medium Ensemble, et des textures changeantes qui ont mis en lumière des solistes en effervescence.

Ce soir-là au New Morning, le sourire de Pierre de Bethmann et ses interventions au micro pour présenter chaque titre joué par son Medium Ensemble en disaient long sur son bonheur de jouer devant un New Morning plein, autant que sur son émotion à partager la scène avec des musiciens qu’il admire. Ainsi pourrait-on décrire en quelques mots l’ambiance d’un concert fêtant la publication d’Exo, deuxième volume d’une formation où le souffle est roi.


JPEG - 106.3 ko
Pierre de Bethmann Medium Ensemble © Fabrice Journo

Pierre de Bethmann est un pianiste chez qui la musique se veut une réponse à « la dictature de l’immédiat ». Elle est le fruit d’une vision du monde consciente et d’une quête esthétique à travers laquelle le collectif est bien plus que la somme des individualités. Voilà un équilibriste de la synergie qui ne connaît pas le repos, convaincu que « tout est toujours à recommencer ». Aussi la réunion de douze musiciens pour servir ses compositions, riches et mouvantes, est-elle un vecteur idéal quand il faut souligner leur foisonnement. Surtout, le pianiste est un leader altruiste qui sait accorder à ses partenaires beaucoup de place lorsqu’ils doivent intervenir en soliste, ce dont ils ne se privent pas, prenant tout le temps nécessaire au développement de leur propos. Et des solistes, ce Medium Ensemble n’en manque pas, il faut tous les citer : Bastien Ballaz au trombone, remplaçant Baptiste Germser ; Stéphane Guillaume, exclusivement flûtiste ; Sylvain Beuf au saxophone alto ; David El Malek au saxophone ténor ; Sylvain Gontard à la trompette et au bugle ; Bastien Stil au tuba ; Camille Lebréquier au cor. Sans oublier un autre souffle, celui de Chloé Cailleton dont le chant a su déjouer les chausse-trapes d’une partition complexe. Une addition de respirations profondes mise en lumière par une rythmique en ébullition, constituée de Simon Tailleu à la contrebasse et de Karl Jannuska à la batterie. Ce Medium Ensemble a fait la démonstration de sa fougue et de son enthousiasme, au grand bonheur des quelque 300 spectateurs présents.

ll y avait de la générosité dans l’air le 21 janvier au New Morning : car la soirée aura été longue, avec ses 2 heures 30 de musique sans temps mort ni moment d’apaisement, sauf peut-être le temps d’un « Du calme » bien nommé. Une grande partie du répertoire d’Exo a été mise à l’honneur : « Exo », « Attention », « Des mesures », « Panser et penser », … des compositions parmi lesquelles sont venus se glisser des thèmes issus de Sisyphe, le premier disque. Pierre de Bethmann virevolte du piano au Fender Rhodes, ne connaît pas l’immobilité, il dirige l’orchestre d’une main levée, manifeste un plaisir non feint à écouter les chorus qui s’enchaînent. Parce qu’à l’évidence, il est le premier supporter de cette équipe qu’il a constituée comme « une petite société d’experts réunis autour d’un sujet à traiter dont ils s’emparent en maîtres ».


JPEG - 76.2 ko
Pierre de Bthmann © Fabrice Journo

Voir le photo reportage.