Tribune

Disparition de Mimi Lorenzini

Une belle page de la musique en France s’est brutalement tournée ce 12 décembre avec la disparition du guitariste Marius « Mimi » Lorenzini à l’âge de 65 ans, des suites d’une crise cardiaque.


Une belle page de la musique en France s’est brutalement tournée ce 12 décembre avec la disparition du guitariste Marius « Mimi » Lorenzini à l’âge de 65 ans, des suites d’une crise cardiaque.

Accompagnateur de quelques figures de la variété française (France Gall, Jacques Dutronc ou Claude François) pendant les années 60, Mimi Lorenzini était d’abord connu pour avoir été l’un des membres de Triangle (aux côtés de François Jeanneau, Jean-Pierre Prévotat et Gérard « Papillon » Fournier), groupe qui comptera à son actif quelques hits, le plus connu restant « Peut-être demain ». Triangle bénéficiera même de la participation de Stéphane Grappelli sur « Eloge de la folie » un titre de son ultime album (1973).


JPEG - 28.6 ko
Mimi Lorenzini © H. Collon

Le guitariste fera ensuite partie du groupe Edition Spéciale, au sein duquel officiait Anne Ballester, avec lequel il enregistrera trois albums entre 1976 et 1978 (Allée des tilleuls, Aliquante et Horizon Digital).

Toujours avec Anne Ballester, Mimi Lorenzini enregistrera Orchestra II en 1983 puis Orchestra V en 1987, dans une formation élargie où évoluaient notamment Jean-Marc Padovani et Didier Malherbe. On retrouvera ce dernier aux côtés du duo Lorenzini-Ballester sur l’album Trio(s) en 1989.

On peut également souligner un autre trio, formé cette fois avec le contrebassiste Jean-Luc Ponthieu, et deux albums publiés respectivement en 1994 (Le diable bleu) et 1999 (Question de temps).

En 1992, Mimi Lorenzini et Ann Ballester ont créé Musiseine, une association établié à Marcilly-sur-Seine, petit village marnais de sept cents habitants. Le but de ce collectif d’artistes (Ann Ballester, Mimi Lorenzini et Françoise Toullec), acteurs de la vie culturelle en Champagne - Ardenne, est de développer et réaliser des projets dans les différents secteurs de la création, de la diffusion et de la pédagogie, tant sur le plan régional que national (et international : concerts en Afrique, Asie, Europe de l’Est).

L’équipe de Citizen Jazz s’associe à la tristesse des proches de Mimi Lorenzini et n’oubliera pas ce musicien attachant, guitariste sensible très impliqué dans la diffusion et le rayonnement de la musique.