Portrait

Claudine François dans le boudoir de Proust

Du classique free au free ethnique…


Rare pianiste française sur la scène du free, Claudine François n’est plus à présenter. Tout le monde sait déjà qu’elle fut concertiste classique avant de bifurquer vers les musiques improvisées, et qu’elle est active dans des contextes aussi variés que le théâtre ou la danse. Tout le monde sait également qu’elle mène de front son quartet « post-bop » avec Steve Potts, Jean-Jacques Avenel et John Betsch, et le Métis Quintet, résolument tourné vers les sources africaines. Autant de particularismes ne pouvaient qu’exciter la curiosité de Marcel…

  • Ma madeleine…

L’album de Duke Ellington avec Max Roach et Mingus, et plus particulièrement « African Flower ».

  • Le bonheur musical parfait…

Me sentir en confiance et libre, avec mes musiciens et mon public.

  • En tant que musicienne, j’ai été le plus heureuse…

Au Cameroun, avec des musiciens camerounais et un public extraordinaire, qui comprend et vibre avec nous.

  • Le trait principal de ma musique…

L’ouverture à toutes sortes d’expressions, du classique à l’ethnique en passant par le free… et autres.

  • Si je devais changer une chose dans ma musique…

J’utiliserais davantage de voix ???

  • Ma plus grande peur quand je joue…

Ne pas trouver, ou perdre la magie…

  • Ce que j’ai réussi de mieux dans ma vie musicale…

Me libérer du carcan des partitions classiques.

  • Mon plus grand regret musical…

Ne jamais avoir rencontré ni Duke, ni Monk, ni Coltrane.

  • Je rêve de jouer…

… chaque concert sur un Bösendorfer ou un bon Steinway.

  • La qualité que je préfère chez un musicien…

L’authenticité dans l’expression des émotions.

  • Les fautes musicales qui m’inspirent le plus d’indulgence…

La technique défaillante qui laisse passer la vraie musicalité.

  • Mon instrument préféré…

Le piano et les percussions.


JPEG - 19.6 ko
Claudine François et le piano-miroir © Cirovski

  • Les musiques que j’aime par-dessus tout…

Bartok, Ravel, Bach, les musiques cubaines et africaines.

  • Mes héros musiciens…

Monk, Miles, Coltrane, Mal Waldron, Mingus, Max Roach

  • Mes disques de chevet…

Monk en solo, Lokua Kanza 1993, Don Cherry en duo avec Ed Blackwell, Old and New Dreams, Aretha Franklin (années 70)…

  • La chanson que je siffle sous ma douche…

Ma dernière composition en cours, qui me trotte dans la tête.

  • Ma note favorite…

Celle que personne n’attendait.

  • En musique, je déteste par-dessus tout…

L’esbrouffe, la technique sans âme.

  • Mes peintres favoris…

Picasso, Matisse, Van Gogh, Zao Wou Ki, Miró, Klee.

  • Mes films cultes…

Le salon de musique, tout Fellini, Le Dictateur, Le temps des Gitans, Chat noir chat blanc, Les triplettes de Belleville.

  • Mes auteurs favoris…

Jean-Marie Le Clézio, John Irving, Pennac, Perec, Amadou Kourouma, Lieve Joris

  • Ma boisson préférée…

Le ti-punch et le BON vin, mais en très petites quantités.

  • Mon plat préféré…

Un plat camerounais nommé « eguzi pudding » ou gâteau de pistaches.

  • Mon occupation favorite…

La lecture, si possible au soleil.

  • Le don de la nature que je voudrais avoir…

Savoir soigner par des moyens naturels, massages et autres techniques traditionnelles.

  • Le morceau que je veux pour mon enterrement…

Une pièce jouée par un griot avec une Kora ou un mvêt.

  • L’état présent de ma démarche musicale…

Continuer à découvrir et travailler d’autres musiques, et en faire une sorte de synthèse à ma sauce.

  • Ma devise…

Les chiens aboient, la caravane passe.