Portrait

Secrets, une voix au sein du trio.

Le trio Massot – Florizoone – Horbaczewski invite Claron Mc Fadden : un voyage musical inspiré par de réelles histoires intimes


Photo : Franpi Barriaux

On connaît bien la musique intimiste du trio belge, subtile alliance entre cuivres (trombone ou tuba de Michel Massot), accordéon chromatique (Tuur Florizoone) et violoncelle (Marine Horbaczewski), telle que nous l’ont révélée les albums Balades éphémères et Cinéma Novo ; mais comment le trio allait-il intégrer la voix soprano de la chanteuse d’opéra Claron Mc Fadden. Le projet « Secrets », production à dimension internationale, a d’abord connu une longue tournée en Belgique et aux Pays-Bas, mais aussi à Sydney en 2015-2016. Avec la sortie de l’album produit par le label Aventura Musica, une nouvelle tournée vient de débuter. Elle sera de passage en France comme en Belgique. Les trois complices du trio racontent la genèse du projet.

La naissance du trio

Michel Massot : Marine et Tuur sont jeunes mais cela fait déjà une dizaine d’années qu’on joue ensemble. On a enregistré deux albums et un troisième vient de sortir avec Claron Mc Fadden.

Tuur Florizoone : J’ai toujours admiré le travail de Michel, je connaissais notamment ses prestations en solo. Je l’ai d’abord invité pour accompagner un film muet. Nous avons ensuite donner des concerts en duo et Michel m’a parlé de Marine qui avait été son élève au Conservatoire de Liège. L’alchimie entre accordéon, violoncelle, trombone ou tuba a tout de suite fonctionné. Nous avons multiplié les concerts et enregistré deux albums en trio. Michel et moi avions écrit les compositions du premier, Cinema Novo. Pour le deuxième, Balades éphémères, on a insisté pour que Marine participe aussi au travail d’écriture. Elle a proposé la mélodie de « Una Volta » et l’album comprend aussi deux improvisations collectives
.
Marine Horbaczewski : Durant l’automne 2006, Michel tournait en solo. Nous nous étions rencontrés au cours qu’il donnait au Conservatoire de Liège. Il m’a invitée à le rejoindre sur quelques morceaux pour donner une autre couleur à son set, mais aussi pour éprouver comment nous nous sentions en concert. A la même époque, Tuur travaillait sur de la musique de film jouée en direct. C’était aussi l’occasion pour lui de rencontrer l’univers de musiciens avec lesquels il n’avait pas encore joué. Michel et lui ont fait quelques concerts en duo, puis Michel nous a invités tous les deux, lors d’un concert solo qu’il donnait à Bruxelles. Ce soir-là, nous avons non seulement joué en duo mais aussi en trio. Michel raconte que c’était impensable pour lui de ne pas profiter de l’impression nostalgique que provoquent l’accordéon et le violoncelle. A l’issue du concert, nous avons reçu une proposition de concert en trio et depuis nous n’avons cessé de jouer ensemble.


JPEG - 283.9 ko
Michel Massot © Franpi Barriaux

La naissance du nouveau projet : Secrets

MM : Le trio fonctionne très bien. On a eu une grosse tournée en 2015-2016 avec Claron Mc Fadden qui a participé, en 2001, à l’opéra de Kris Defoort, The Woman Who Walked Into Doors avec le Dreamtime de Kris dont j’ai fait partie. Claron est une chanteuse d’opéra réputée mais elle sait se frotter à d’autres sphères : c’est comme cela que Tuur l’a rencontrée. Elle réserve toujours une place à des projets qui lui tiennent à cœur. Le projet tourne autour du thème des secrets. Les textes sont mis en place par le comédien et auteur Josse De Pauw, qui a déjà travaillé avec Kris Defoort pour « An Old Monk » : on retrouve toujours la même famille.

MH : Claron et Michel s’étaient déjà croisés, il y a des années, dans l’opéra de Kris Defoort. Tuur a eu l’occasion de la rencontrer, il y a quelque temps, lors de tournées en Hollande et il a joué avec elle à plusieurs reprises. Il lui a offert les disques du trio et elle est tombée sous le charme - ce sont ses mots. Claron avait très envie de travailler avec nous et réciproquement : nous étions très honorés et enthousiastes à l’idée de collaborer. Le répertoire s’est construit autour d’une idée de Claron inspirée par la lecture d’un recueil de secrets collectés par une artiste américaine. Touchée et interpellée, elle a elle-même lancé un « appel à secrets » dans différents lieux culturels et maisons de repos en Belgique et en Hollande. Elle en a reçu des dizaines. La découverte de ces moments de vie, intimes et sincères, fut particulièrement émouvante. Nous jouons donc des morceaux écrits par chacun d’entre nous pour l’occasion et arrangés collectivement.

TF : Je joue assez souvent en Hollande, notamment avec le trompettiste Eric Vloeimans, pour son projet Oliver’s Cinema. A l’occasion d’une fête d’anniversaire qu’il avait organisée, j’ai joué avec lui et Claron était là aussi. Je savais que, si elle est une chanteuse d’opéra réputée qui a une longue expérience derrière elle, elle peut passer de la musique baroque à la musique contemporaine ou au jazz. Je lui ai fait écouter les disques du trio, en me disant que cette musique, un peu jazz mais avec un son quand même très classique, pouvait lui plaire. Elle m’a proposé de collaborer et nous avons longtemps cherché un thème pour le projet. Deux mille mails plus tard, le thème des secrets s’est imposé. On en a collecté en Belgique comme en Hollande, notamment dans des maisons de repos.
Claron est une artiste en résidence au Muziektheater Transparent d’Anvers, pour lequel travaille aussi l’acteur et auteur Josse De Pauw. C’est lui qui nous a aidés à transformer ces souvenirs en véritables textes à mettre en musique : ce que nous avons fait. Le projet a été sélectionné par les JazzLab Series pour une série de 15 concerts en Flandre. Cette tournée a débuté en septembre pour se prolonger jusqu’à la fin octobre. Ensuite, on a été invité, en novembre, à Amsterdam et à Hertogenbosch et, en 2016, à Breda, La Haye, Nijmegen, Rotterdam mais aussi Sydney. Avec la sortie de l’album, une nouvelle tournée démarre.


JPEG - 118.1 ko
Marine Horbaczewski © Christian Deblanc

Les quatre « dépositeurs » de Secrets

Michel Massot : l’aîné. Il est né en 1960 et Claron Mc Fadden en 61. Faut-il encore présenter Michel Massot ? Il a fait partie de toutes les aventures du Collectif du Lion (cf. l’ouvrage Sur la piste du Collectif du Lion, une aventure plus que musicale) : de Trio Bravo à Trio Grande, de Baklava à Glasnotes, de La Grande Formation à Rêve d’Eléphant Orchestra. Il fait partie, avec Laurent Blondiau, de Mâäk comme de la grande formation MikMâäk. Avec Tuur, il a fondé un trio avec Marine Horbaczewski et rejoint la formation Mixtuur. Il a multiplié les projets personnels de Bathyscaphe à Babelouze. En France, il a fait partie du MegaOctet d’Andy Emler, de Tous Dehors, des Pyromanes de David Chevallier et du projet Vivaldi saison 5 de Christophe Monniot. Il a joué les remplaçants de luxe de Michel Godard auprès de Rabih Abou Khalil ou du quartet Puschnig-Lauer et lui a succédé dans le grand orchestre de l’Allemand Klaus König.

Tuur Florizoone : le médian. Il est né en 1978. Il a d’abord étudié le piano classique puis, à 17 ans, il est parti au Brésil avec un accordéon. De retour en Belgique, il a poursuivi ses études au Conservatoire de Bruxelles avec, comme professeurs, Nathalie Loriers, Diederik Wissels, Kris Defoort et Pirli Zurstrassen. On peut l’entendre dans Tricycle, Musicazur de Pirli Zurstrassen, Anoo avec Anu Junnonen, Oliver’s Cinema avec le Hollandais Eric Vloeimans et le violoncelliste Jörg Brinkmann. Il joue aussi avec Didier Laloy (accordéon diatonique) et Quentin Dujardin (g). Il a composé des musiques de films et fondé la grande formation Mixtuur ainsi que le label Aventura Musica.

Marine Horbaczewski : la cadette. Elle a poursuivi ses études au Conservatoire de Liège. Outre son cursus classique, elle a suivi les cours de rock de chambre avec Michel Massot et d’improvisation avec Garrett List. Elle a fait partie de Wang Wei avec son compagnon Manu Baily et a joué avec un autre guitariste liégeois : Manu Louis. Membre de Bathyscaphe 2 avec Michel Massot, elle fait aussi partie de l’Orchestre Vivo de Garrett List et du Harvest Group du guitariste Guillaume Vierset.

Claron Mc Fadden : la soprano. Elle a poursuivi ses études à l’Eastman School of Music à New York jusqu’en 1984, avant de rejoindre les Pays-Bas. Chanteuse d’opéra réputée, elle a gravé un nombre impressionnant d’albums. De la musique baroque des Indes Galantes de Rameau à Mozart. Mais elle est aussi à l’aise dans la musique contemporaine : Pierrot lunaire de Schönberg comme Aria de John Cage. Mais aussi les Bachianas Brasileiras de Villa-Lobos. Avec Kris Defoort, elle a participé à l’opéra The Woman Who Walked Into Doors sur un livret de Guy Cassiers inspiré du roman de l’Irlandais Roddy Doyle mais aussi à l’album ConverSation – ConserVation. Au niveau du jazz, elle a participé au projet Strange Fruit de Fabrizio Cassol, à Sly Meets Callas en compagnie des Hollandais de l’Artvark Saxophone Quartet. Elle s’est aussi produite avec l’Instant Composers Pool, des déjantés Han Bennink (dm), Michael Moore (cl, as), Ab Baars (ts, cl), et Wolter Wierbos (tb). Comme elle le dit dans une interview : « En jazz, Sarah Vaughan a toujours été mon modèle. Au début, j’ai hésité entre une carrière en jazz et en musique classique. J’ai toujours voulu expérimenter différents styles de musique ».

par Claude Loxhay / J@zz@round // Publié le 5 mars 2017
P.-S. :

Concerts en France : Théâtre de la Croix Rousse, Lyon, du 12 au 14 avril.
Et en Belgique : Centre Culturel, Mouscron, 30 mars.