Le jazz a sa tribune depuis 2001

Edition du 2 août 2020 // Citizenjazz.com / ISSN 2102-5487

Les dépêches

Aux Pays-bas, une rue « Rosetta Reitz »

Un exemple à suivre !

Aux Pays-Bas, Rosetta Reitz, historienne du jazz, auteure et productrice de disques féministe a désormais une rue qui porte son nom, à Leiden

La nouvelle a été officialisée par sa fille, Rebecca. Le « geste », lui, est venu de l’association d’un groupe de militants de Leiden, aux Pays-Bas, dont les locaux étaient situés près de ReitzStraat (rue Reitz), nommée ainsi en l’honneur d’un leader de la guerre des Boers, Francis W. Reitz.

Deux raisons ont guidé leur volonté :

  • Il leur semble aujourd’hui important de présenter sous un jour nouveau les Boers, c’est à dire en tant que colons, responsable de la montée de l’apartheid.
  • Le manque de rues portant le nom de femmes.

Les militants néerlandais se sont alors mis en quête de trouver une femme nommée Reitz. Ils ont découvert Rosetta et ont été impressionnés par l’ensemble de ses actions. Rosetta Records, le label qu’elle a créé en 1980, avait pour but de découvrir et mettre en lumière le blues et le jazz féminins. Des pépites souvent inédites, perdues ou oubliées, ont été présentées dans des doubles albums somptueux richement illustrés. Rosetta Reitz a également écrit sur l’histoire de la musique dans des notes de pochettes qui présentaient une vision du jazz au féminin. On peut visiter le site Web en son hommage que sa fille, Rebecca, a créé.

« Remplacer le nom d’un guerrier impérialiste par celui d’une historienne féministe est EXACTEMENT le genre d’exemple populaire que ma mère, Rosetta, aurait aimé », a déclaré Rebecca. « Rosetta a passé sa vie et dédié son énergie aux femmes aux artistes, et à les faire voir et entendre. Aujourd’hui ce groupe reconnaît enfin ses efforts de la manière la plus charmante et la plus importante qui soit. »