Scènes

Festi Jazz International de Rimouski 2015

30e anniversaire, du 2 au 6 septembre 2015


La 30e édition du Festi Jazz International de Rimouski au Québec et les premières rencontres internationales du « plus grand des petits festivals d’Amérique du Nord » se sont déroulées du 31 août au 6 septembre 2015.

En 1986, une poignée de passionnés organise à trois heures de route de Québec le Festival de Jazz de Rimouski. En quelques années le festival est rapidement reconnu par le milieu du jazz international : dans cette ville d’à peine 50.000 habitants se sont produits Michel Petrucciani, Dizzie Gillespie, Wayne Shorter, Stéphane Grappelli, McCoy Tyner, John Scofield, Joe Lovano, Brad Mehldau, Shai Maestro, Patricia Barber, Yaron Herman. La liste est longue.

A partir de 1989, il est jumelé avec le festival Jazz à Vienne pendant une dizaine d’années. Bien sûr, le Festi Jazz de Rimouski a connu des hauts et des bas. Mais l’équilibre est aujourd’hui trouvé selon Martin Roussel son président : une nouvelle équipe dirigeante restreinte, des partenaires financiers et une centaine de bénévoles pour 5 jours de scènes, gratuites pour la plupart. Un tremplin pour les formations émergentes québécoises et canadiennes, couplée à une programmation de têtes d’affiche. Au total une soixantaine de concerts proposés dans une quinzaine de lieux dispersés dans la ville - chapiteaux extérieurs, bars, restaurants, conservatoire, centre culturel - ont attiré 30.000 festivaliers sur cette édition. Cette formule, soutient le directeur Frédéric Lagacé, permet de reconduire le projet pour l’année suivante, sans remettre en cause la structure actuelle et les choix artistiques envisagés.


JPEG - 434.5 ko
Festi Jazz de Rimouski (photo C Charpenel)

Les spectacles programmés dès le début de l’après-midi, à la fin des vacances d’été, se déroulent dans une atmosphère familiale au bord du Saint Laurent ; le public est attentif et enthousiaste. Certains spectateurs prennent des congés pour la semaine, se laissant aller au plaisir de la découverte sans nécessairement connaître les artistes proposés. On retrouve les passionnés devant les scènes du soir et dans les jam-sessions organisées en after dans les bars à bière (locale !) de Rimouski. Cette année, sous une météo clémente et agréable, Brian Blade & Fellowship, le quartet d’Ambrose Akinmusire, l’icône Pat Martino ou encore Dan Tepfer ont contribué à passer le cap de la maturité d’un festival en action vers des partenariats professionnels internationaux.


JPEG - 166.3 ko
Brian Blade (photo C Charpenel)

Hormis l’excitation d’écouter des vétérans ou des artistes trop rares chez nous, les show-cases et les programmations off nous ont offert d’intéressantes découvertes avec une relève prometteuse : les gagnants 2014 du concours du festival de jazz de Montréal Pram Trio, le pianiste Jérôme Beaulieu [1] ou encore la pianiste Marianne Trudel musicienne à la poésie à fleur de peau, Emie R Roussel Trio, le guitariste Hugo Mayrand qui nous rappelle Nelson Veras… bien qu’il n’en connaisse pas l’existence ! Symbole de la réactivation du partenariat avec Jazz à Vienne, le quartet Uptake, lauréat du tremplin RéZZo Focal Jazz fait une présence remarquée.

Le festival est également l’occasion de découvrir la scène très vivante du Québec, et sa bande de quadras, créatifs passeurs installés à Montréal. Parmi eux, l’énergique et prolifique pianiste Lorraine Desmarais qui présente en trio une commande du festival pour le trentième anniversaire, mais aussi les deux contrebassistes Alex Bellegarde et le très demandé Frédéric Alarie avec sa cinq-cordes. Côté soufflants, on notera les saxophonistes André Leroux et Jean-Pierre Zanella, impressionnant sax soprano ou le trompettiste Jacques Kuba-Séguin. Évidemment, on peut regretter que ces musiciens se côtoient trop souvent dans les projets présentés ici. Mais fort heureusement, l’identité musicale de chacun reste affirmée dans leur répertoire respectif.

L’édition 2015 met en place un modèle économico-artistique à la recherche de réseaux et partenariats internationaux. Notamment avec l’Europe et la Chine pour qui le sujet du jazz est en cours de développement (nous en reparlerons). Souhaitons simplement que le jazz et les musiques improvisées restent l’objet des attentions des organisateurs ; cela semble la raison d’être du comité du festival… Pour le bien des musiciens comme du public.

par Christophe Charpenel // Publié le 25 octobre 2015

[1En tournée en France avec son trio dès ce mois de septembre.