Chronique

François Carrier & Michel Lambert

Out of Silence

François Carrier (as, htb), Michel Lambert (dms)

Label / Distribution : FMR Records

Le plus simple serait de croire qu’en dehors du silence, il y a le cri. C’est l’évidence : un alto qui s’échauffe, se cogne, dégringole comme un oiseau qui se prend une vitre fraîchement lavée et la quiétude se rompt. C’est l’atmosphère qui règne aux prémices de « Out of Silence », premier long titre d’un album du même nom où l’on retrouve le plus inséparable des duos, le saxophoniste François Carrier et le batteur Michel Lambert. Le premier se fait stentor, gronde avec force pendant que le second fait parler le tonnerre, plus puissant qu’il ne l’était sur IO, leur précédent album en duo. Mais soudain, Carrier délaisse l’alto pour emboucher fugacement son fameux hautbois chinois. Le calme revient, précaire, mais il reste comme la mémoire d’un tumulte qui ne tardera pas à revenir. Le silence a ses franges, ses strates qui se confondent parfois avec le chahut, et c’est ici que le duo prend corps. Dans cet entre-deux magnifiquement illustré par « For No Reason » qui agit comme un tourbillon lacyen où la batterie serait une petite centrifugeuse.

Jamais peut-être, un disque de Carrier et Lambert ne fut aussi tendu. L’improvisation enregistrée en juin 2015 dans une petite salle anglaise pour le label FMR révèle toute l’acidité dont le duo est capable lorsqu’il se recentre sur sa propre relation, sur la télépathie réelle qui s’illustre dans l’aérien « For No Reason » où, en dépit de la douceur soudaine du saxophoniste, la batterie continue de convoquer une forme d’urgence, à peine atténuée par une frappe moins appuyée mais tout aussi convulsive. S’il y a quelque chose d’immuable dans l’amitié qui anime les deux québecois, c’est le plaisir du jeu. Au sens le plus ludique qui soit.

Car il ne faut pas s’y tromper. Certains morceaux peuvent paraître plus rugueux qu’il ne le sont avec des compagnons comme Alexei Lapin, à l’image de l’espiègle « Happy To You ». C’est parce que l’intimité est si forte qu’il n’y a aucune raison de s’encombrer de formalisme ou de politesse. Aucune animosité, aucune concurrence dans cette rencontre aux allures d’accolade. Il est de bon ton entre amis que l’on se tarabuste ; il est rare que cela ne se traduise pas par des connivences et des private jokes inconnues des autres. C’est la réussite de ces artistes que de rendre leur camaraderie suffisamment universelle pour que l’on ne s’en sente pas exclu. Out Of Silence est une joyeuse et tapageuse réussite.

par Franpi Barriaux // Publié le 10 juin 2018
P.-S. :