Chronique

Mike Westbrook

The Piano & Me Take 1 & 2

Mike Westbrook (p)

Label / Distribution : Camille Productions

Pour ses 80 ans, Mike Westbrook nous avait gratifiés d’une interview, et avait fait paraître un album solo, chose rare dans sa discographie [1]. Pour ses 85 ans, le compositeur anglais récidive, avec cette fois-ci deux disques disponibles sur BandCamp qui couvrent autant de concerts intimistes en Grande-Bretagne, l’un en 2022 dans une salle de spectacle, l’autre en 2023 dans un club. Westbrook y joue détendu, suit le fil de ses idées ; on dit souvent que ce travail en soliste face au piano vaut toutes les confessions du monde, et dans ces deux The Piano And Me, les standards qui ont émaillé sa vie côtoient ses plus célèbres compositions, lui le dingue de Strayhorn et Ellington convoque autant Bessie Smith que Billie Holiday et « Don’t Explain » côtoie son « Rooster Rabelais ». Tout est affaire de tonalité : chaque morceau est une note et l’esprit de Westbrook divague doucement dans une sorte de quiétude musicale. Satie s’invite chez Rossini… Et sur le Take Two, « Mood Indigo » laisse la place à « Good Old Wagon » comme une suite amoureuse. Là où Starcross Bridge était très construit, The Piano And Me est joliment éparpillé. Une chose rare et émouvante, toute dédiée à la simplicité.

par Franpi Barriaux // Publié le 12 mai 2024
P.-S. :

[1Voir notre portrait.