Chronique

Pierre de Bethmann Trio

Essais / Volume 4

Pierre de Bethmann (p, Rhodes), Sylvain Romano (b), Tony Rabeson (dms).

Label / Distribution : Alea

On le savait depuis la parution du Volume 3 [1] des Essais de Pierre de Bethmann : la session du mois de septembre 2019 dont il émanait s’était avérée suffisamment fructueuse pour qu’un Volume 4 puisse être aussitôt annoncé. Voilà qui est chose faite aujourd’hui, et même plus ! Non content de donner une suite attendue au travail entrepris en trio depuis sept ans avec Sylvain Romano et Tony Rabeson, le pianiste offre une vue panoramique sur leur collaboration en réunissant l’ensemble des albums dans un coffret complété par un cinquième disque de suppléments. Voilà une somme à laquelle on serait bien mal inspiré de se soustraire, tant ces heures de musique impressionnent par leur cohérence, la jubilation qui les traverse, la pulsation qui les anime et l’étendue des inspirations de trois musiciens ne se refusant aucun détournement de répertoire, entre musique romantique, jazz, pop et chanson française.

Pour ce Volume 4, Pierre de Bethmann a vu les choses en grand également si l’on en juge par les compositeurs invités à la fête : Charlie Parker, Dizzie Gillespie, Wayne Shorter, Thelonious Monk, Carla Bley ou Sonny Rollins. C’est un casting de rêve. Et comme si ces grands noms ne suffisaient pas, l’Argentin Guillermo Klein est également sommé d’entrer dans la danse, tout comme Paul McCartney. Les Suppléments de leur côté ne sont pas en reste : Monk encore, Benny Golson ou Herbie Hancock et une pointe de Joseph Kosma pour faire bonne mesure.

Ces nouveaux chapitres sont un ravissement, un de plus ; ils disent une histoire de télépathie et d’amitié entre trois musiciens chez qui écoute et interaction ne sont pas de vains mots. Dans le trio peut-être plus que dans tout autre cadre, on sait que rien n’est jamais acquis. Chaque thème sonne comme un appel à l’imagination de l’autre, un défi ludique lancé dans le but d’atteindre et préserver un équilibre sur le fil duquel s’épanouira la fièvre du chant. Les minutes défilent, on ne voit pas le temps passer.

On aimerait penser qu’en réunissant tous les Essais de son trio dans un coffret, Pierre de Bethmann n’a pas choisi de borner définitivement leur territoire et signifier ainsi la fin d’une si belle histoire. Bien sûr, les années passées ont démontré la vitalité de ses créations (le Medium Ensemble est à cet égard exemplaire) et on peut faire confiance au pianiste pour rebondir encore et encore, avec d’autres formules, par-delà les incertitudes de la période que nous traversons tous avec plus ou moins de souffrance. Mais tout de même, ce trio-là, on aimerait tant qu’il poursuive encore longtemps ses explorations heureuses…