Chronique

Sylvie Courvoisier Trio

D’Agala

Sylvie Courvoisier (p), Drew Gress (b), Kenny Wollesen (dm)

Label / Distribution : Intakt/Orkhestra

Vagabondage (un peu d’errance aussi) dans l’imaginaire musical de Sylvie Courvoisier. Avec une douceur qui n’empêche pas la folie, elle parcourt des zones rêvées qui n’appartiennent qu’à elle dans lesquelles elle fait valoir son droit à s’approprier tous les climats en seule connaisseuse de la carte météorologique. Servie par une technique pianistique qu’elle utilise sans jamais en montrer le métier, elle construit et déconstruit des thématiques complexes toujours innervées de swing.

Usant des grands écarts comme autant de taches de couleur ou de lumière, elle fait équipe avec une paire rythmique qui s’amuse autant qu’elle à déjouer les attendus. La basse gracile de Drew Gress et la batterie enlevée de Kenny Wollesen l’accompagnent pour visiter les portraits musicaux de quelques figures inspiratrices (Ornette Coleman, Geri Allen, Irène Schweizer pour les musiciens et également Simone Weil, Louise Bourgeois et d’autres…) qui forment, en retour, les éléments éclatés d’un visage composant celui de la pianiste. Avec légèreté, profondeur et espièglerie aussi.

par Nicolas Dourlhès // Publié le 27 mai 2018
P.-S. :