Août of Jazz 2020, entre deux confinements

Cliquez sur une image pour accéder au diaporama.

Louable et remarqué fut l’effort de de la mairie de Capbreton et de l’équipe de Bernard Labat, le directeur artistique, pour maintenir à tout prix cette 30e édition du festival, héritier des historiques Rencontres Internationales de la Contrebasse. Toutes précautions prises, mais à quel prix, rien ne semblait plus pouvoir entamer l’enthousiasme et le bonheur de l’organisation face à la perspective d’offrir enfin au public et aux artistes les retrouvailles dont ils ne pouvaient plus que rêver.

Témoignages de reconnaissance émouvants d’artistes souvent privés de repères, évoquant avec délicatesse et une touchante pudeur leur terrible face-à-face avec le sentiment d’inutilité laissé par les mois de confinement.
Public attentif, souvent conscient d’être là au cœur d’une démarche utile, civique, bien au-delà de sa seule satisfaction. Mais public bien trop rare, largement en-deçà des jauges d’accueil pourtant restreintes, alors même que dehors, la bacchanale estivale battait son plein, indifférente à toute prudence. Les présents se souviendront longtemps de ces précieux moments de rencontres et de l’offrande jubilatoire des musiciens.

Quant aux absents, nous voulons croire que l’entêtement des organisateurs suffira, cette fois encore, à leur offrir une seconde chance.

Reproduction Interdite

par Pierre Vignacq // Publié le 10 janvier 2021