Citizen
Edition du 19 avril 2014 // Citizenjazz.com / ISSN 2102-5487
Reproduction interdite de tout ou partie d'un texte ou d'une photo sans autorisation de son auteur.

Love, peace and soul

Don Byron New Gospel Quintet

Don Byron (cl, b-cl, ts, bs), DK Kyson (voc), Xavier Davis (p, voc), Brad Jones (el-b, b, voc), Pheeroan Aklaff (dm)

A force de toucher un peu à tout (le rap, Olivier Messiaen, le jazz afro-cubain, la musique de Mickey Katz, le klezmer et j’en passe), Don Byron s’entend parfois reprocher de taper un peu à côté. Ce reproche ne le vise pas seulement comme porteur de projets éclatés, mais aussi comme instrumentiste, tant sa manière brouillée et brouillonne de jouer de la clarinette fait sursauter les moins intégristes d’entre nous.

Il aura, le samedi 5 mai de cette année à l’Abbaye de l’Epau, dans le cadre du 33e « Europa Jazz Festival », la lourde tâche de succéder au trio de Louis Sclavis, dont on connaît la forme actuelle. La bonne nouvelle, c’est qu’il sera ce soir là soutenu et accompagné par Barbara Walker, excellente chanteuse entendue naguère aux côtés d’Uri Caine, et non par celle qui figure dans le présent enregistrement (DK Kyson), qui ne nous a pas vraiment convaincu malgré une voix bien posée, juste, mais sans cette dose de folie enragée qui fait le fond du « soul ».

Brad Jones et Pheeroan Aklaff devraient aussi être là et assurer le spectacle. Le répertoire du disque est emprunté à Thomas A. Dorsey et à Sister Rosetta Tharpe, Don Byron joue aussi des saxophones ténor et baryton. Sans grande originalité il faut bien le dire. Souhaitons que le « live » potentialise ce qui, sur le disque, reste un peu dans les dessous.

par Philippe Méziat // Publié le 7 mai 2012
Extras
A lire aussi à propos de :



Du même auteur : Philippe Méziat

Dans la même rubrique : Chroniques