Photo Reportages

Les chansons de Bayonne

Le seul concert français de la tournée européenne du Clayton-Hamilton Jazz Orchestra fut réservé à la Scène Nationale de Bayonne et du Sud Aquitain et restera, pour un public largement fidélisé, un moment d’exception.

Cécile McLorin-Salvant et le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra
31 octobre 2018 - Anglet, Théâtre Quintaou
Cécile McLorin - Salvant, voix ;
John Clayton, co-direction, arrangements, contrebasse ;
Jeff Hamilton, co-direction, batterie ;
et le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra

Les big bands de légende ont depuis longtemps épuisé le répertoire des superlatifs, et la première partie du concert, exclusivement instrumentale, parut vouée à démontrer que les complices de John Clayton et Jeff Hamilton évoluent bel et bien dans cette catégorie. La métaphore atomique elle même, d’ordinaire indissociable du Count Basie Orchestra, s’avère pertinente tant la précision de l’orchestre semble tenir de l’horloge au césium et ses explosions dantesques. Polychromie toute ellingtonienne, harmonisations hyper serrées, palette impressionniste contemporaine et nuances à faire pâlir le plus exigeant des chefs de chœur complètent d’emblée le tableau d’une « machine à swing » d’exception (6 trompettes, tous les saxes doublant la clarinette, à la flûte ou la clarinette basse).
De Cécile McLorin-Salvant, invitée en seconde partie, on retiendra, outre le placement de voix exceptionnel et une puissance, un timbre et une justesse hors du commun, cette aptitude unique à « faire passer le message » d’une chanson que relèvera John Clayton en l’accueillant sur scène, ainsi qu’un éclectisme tout empreint d’humour dans le choix du répertoire : « I Hate a Man Like You » (Jelly Roll Morton), « And I Love Him » (The Beatles) sur tempo quasi-dédoublé, « Come Back To Me » (tiré de On A Clear Day d’Alan J Lerner), « The Gentleman is a Dope » (Rodgers & Hammerstein)… A noter un moment d’exception : « Where is Love ? » (Lionel Bart, extrait de la comédie musicale Oliver !) en duo contrebasse/voix avec John Clayton à l’archet.
Théâtre comble jusqu’aux cintres, sourires de rigueur, l’été indien persiste et signe sur la Côte Basque.

Cliquez sur une image pour l'agrandir ou accéder au diaporama.
Reproduction interdite.

par Pierre Vignacq // Publié le 18 novembre 2018