Scènes

Jazzycolors 2010 : Anders Bergcrantz

Institut suédois (Paris). Anders Bergcrantz (Tp et bugle), Robert Tjäderkvist (pno) Patrik Grundström (Cbs) et Ulrik Ording (dms)


Anders Bergcrantz © E. Vial
Anders Bergcrantz restera pour moi une des grandes découvertes de ce Jazzycolors 2010. Ce musicien aux phrasés d’une grande finesse et au son très expressif qui joue de la trompette et du flügelhorn (également appelé bugle) mériterait de tourner davantage en France et de bénéficier d’une plus grande notoriété hors de son pays, la Suède même s’il a bien sûr collaboré avec des musiciens prestigieux comme Mike Brecker, Bill Evans, Richie Beirach, Dave Liebman, Billy Hart, Rick Margitza, McCoy Tyner, Lee Konitz ou encore Steve Swallow.

Il se présente ce soir à l’Institut suédois avec un quartet de très jeunes musiciens qu’il va mettre en valeur tout au long du concert. Il semble d’emblée un peu inquiet, ayant cassé sa trompette dans la journée… Heureusement des amis lui ont procuré une Selmer que, finalement, il adopte. Il nous propose des thèmes façon jazz très cool et en mode mineur, dont « Untitled 2 » (en attente de titre…), « Slow Food » (thème cher à ce musicien), « Chief Sitting Bull » et « Runeberg » [1], Mais aussi « While My Horn Gently Weeps » (bien sûr dédié à Georges Harrison). Son jeu est à la fois riche et tout en retenue, avec une qualité de phrasé exceptionnelle. Je retiens aussi le style du pianiste Robert Tjäderkvist, qui développe de façon réfléchie et progressive des impros très senties et finement amenées, ainsi que l’énergie et la créativité du batteur Danois Ulrik Ording.

Un grand plaisir, donc, que de découvrir ce leader de grande stature à la tête d’un jeune groupe qu’il anime et encourage afin de produire une ambiance vive et chaleureuse à laquelle le public s’empresse de répondre. Bergcrantz semble ravi de ce succès, lui qui a encore peu joué en France, où sa notoriété est insuffisante au regard de son talent. À ce propos on ne saurait trop conseiller son About Time [2] avec Vincent Nilsson (trombone), Jacob Karlzon (piano), Lasse Lundstrom (contrebasse) et Lennart Gruvstedt (batterie). Un artiste majeur que l’on souhaite revoir rapidement à Paris.

par Emmanuelle Vial, Pascal Mongénie // Publié le 4 novembre 2010

[1Que l’on retrouve sur About Time.

[2Elu « Meilleur CD jazz de l’année » par les auditeurs de la Radio suédoise.