La discothèque idéale du jazz

Jean-Pierre Jackson

Distribution / Label : Acte Sud

L’idéalité d’une discothèque (quel que soit le domaine envisagé) tient à ce qu’elle n’est, et fort heureusement, jamais réelle. On connaît des obsessionnels de la chose qui se sont endormis sur leur superbe et parfaite collection une fois celle-ci constituée. Cela dit, un idéal, c’est fait pour orienter les choix, pas pour les imposer. En ce sens, Jean-Pierre Jackson a fait un bon travail qui devrait plaire surtout aux amateurs de musique classique. Ensuite, les choix, même très éclairés, étant profondément subjectifs, on se perdra en conjectures : pourquoi deux disques de Monty Alexander et un seul de Paul Bley ? Pourquoi Escalator Over The Hill ne figure pas dans la liste de Carla Bley ? Et pourquoi Art Pepper réduit à un disque des années 80 ? On n’en finirait pas de refaire une autre discothèque idéale, tout aussi imparfaite, et qui serait la nôtre. On conseillera donc celle-ci, dernière en date, et donc au goût du jour.