Chronique

Patrick Favre trio

Intense

Patrick Favre (p), Guillaume Séguron (b) & Marc Mazzillo (dm)

Label / Distribution : AxolOtl

Avignon, Nîmes, Marseille : un trio venu du sud à la recherche « d’une puissance, d’une force très grande, qui dépasse la moyenne » [1].

Patrick Favre est l’auteur des neuf compositions, dans un style soigné, tout en finesse - héritage de sa formation classique ? Son jeu est d’ailleurs en parfaite harmonie avec ses compositions : toucher léger, sonorité claire, main gauche bien élevée, développements plutôt mélodiques et harmoniques que rythmiques, gestion habile des nuances et de la tension (« Intense »).

L’architecture des morceaux est également d’une maîtrise « à la grecque », comme cet hommage à la Muse de la comédie, « Thalie » : après une introduction brève et tendue, le trio développe le thème calmement, mais toujours avec un balancement ingénieux et un équilibre entre les voix qui n’est pas sans rappeler Bill Evans ou Brad Mehldau. La batterie de Marc Mazzillo, très présente tout au long de l’album, foisonne, se laisse tenter par le binaire et contraste avec le jeu délicat du pianiste - « Variation », « Intense ».

A la basse, Guillaume Séguron assure un lien efficace entre le pianiste et le batteur : passages en walking dans « Au plus loin », alternance boucles / archets dans « Pulsation », jolis solos (« De toutes les couleurs », « Si pure ») et unissons avec le pianiste, comme dans l’exposition d’« Arembepe », du nom de ce joli village côtier, du nord de Salvador de Bahia...

Le Patrick Favre trio propose une musique harmonieuse, à la fois vive et raffinée ; en un mot : intense...

par Bob Hatteau // Publié le 31 juillet 2006

[1Définition d’Intense d’après le petit Larousse illustré (1989).