Portrait

The New Duke

Le lundi 18 février rouvrait 2008 l’une des salles majeures de la capitale…


Le lundi 18 février 2008 rouvrait, après de nombreuses interrogations inquiètes quant à son avenir et de longs mois de travaux, l’une des salles majeures de la capitale : Le Duc des Lombards. Cette cérémonie d’inauguration a été l’occasion, pour la nouvelle direction, de divulguer le manifeste qui fonde désormais la politique du lieu : le voici brossé en quelques traits grossiers.


JPEG - 31.4 ko
© H. Collon/Vues sur Scènes

Un espace moderne, fonctionnel et suréquipé

La réalisation technique du lieu est irréprochable : la salle est bardée d’écrans plats, de caméras vidéo, de micros et d’enceintes qui redistribuent le son et l’image jusque dans les moindres recoins. Qui plus est, une cabine isolée au deuxième étage semble dédiée à la captation des prestations scéniques pour des retransmissions directes ou différées. Rien à redire, le son et l’image seront certainement parfaits. [1]

Une salle « riche » et élégante

Signe des temps, le seul nuage de fumée visible l’est sur un écran vidéo à l’entrée ! Nous sommes loin du cliché du club sombre et renfermé : les matériaux employés sont nobles, le mobilier dessiné avec soin, l’ensemble éclairé efficacement. Au premier étage, une mezzanine offre une vue plongeante sur la scène, ainsi que de petits « recoins » discrets. Gageons que le public gagnera en confort d’écoute ce qu’il aura perdu en authenticité. [2]


JPEG - 22.9 ko
© H. Collon/Vues sur Scènes

De nouveaux horaires

Le bar et le restaurant ouvriront désormais de 10h à 17h, puis de nouveau à 18h30, après une coupure pour la balance des artistes. Les artistes conviés se produiront deux fois, à 20h puis à 22h, et le club restera ouvert jusqu’à 3h du matin. De plus, l’entrée sera libre le vendredi et le samedi à minuit, ainsi que le dimanche à midi, pour permettre à un pianiste invité d’exprimer son talent.

Une restauration entièrement repensée

Tout le premier sous-sol est dorénavant dédié aux cuisines, où une équipe d’une trentaine de personnes, sous la direction du chef Alain Alexanian composeront les plats « à base de produits frais, de saison, souvent issus de l’agriculture biologique ou sélectionnés auprès de petits producteurs » et les serviront « dans des plats en fibres naturelles, en particuliers des feuilles de palmiers. »

Une nouvelle grille tarifaire

Tous les tarifs du Duc des Lombards se répartissent en 5 catégories, dont on imagine qu’elles correspondront peu ou prou à la notoriété des artistes conviés.

  • Le tarif plein est proposé de 19 € à 35 €,
  • Le tarif réduit (sur place dans la limite des places disponibles, pour les détenteurs de la carte Paris Jazz Club, les intermittents du spectacle, et les demandeurs d’emploi) va de 16 € à 32 €,
  • Le tarif jeune (sur place, dans la limite des places disponibles, pour les moins de 25 ans et les étudiants) va de 12€ à 28 €,
  • Le tarif « deuxième concert » (sur place le jour même dans la limite des places disponibles) est de 10 € ou 15 €.

La Rédaction de Citizenjazz se réjouit de cette ouverture, et souhaite ses meilleurs vœux à la nouvelle équipe du Duc des Lombards : Gérard Brémond, propriétaire ; Thierry Hellin, gérant ; Jean-Michel Proust, directeur artistique ; Alain Alexanian, gérant du restaurant et chef de cuisine ; Thomas Bouet, responsable marketing & ventes ; Iona Salek, responsable administration & production ; Perrine Silhol, chargée de communication ; Guillaume Billaux & Daphné Coispine, régisseurs.

par La Rédaction // Publié le 25 février 2008
P.-S. :

Le Duc des Lombards a bien évidemment un nouveau site !

[1Travaux dirigés par Michel Dumoulin, architecte & Philippe Ranchin, acousticien, en collaboration avec Vincent Mahey, diffuseur sonore, et Jeff Wild, metteur en lumière.

[2Design signé Elliott Barnes.