Chronique

EST

Seven Days Of Falling

Label / Distribution : ACT/Harmonia Mundi

Revoici l’Esbjorn qui venait du froid, auréolé désormais d’une Victoire de la Musique. L’Esbjorn Svensson Trio, c’est le susnommé au piano, Dan Berglund à la basse, et Magnus Ostrom à la batterie. Trois musiciens en pleine maturité, qui jouent certes dans un registre jazz, mais nourris au rock et à l’électro.

Du jazz, on retrouve la sensibilité, l’art de l’improvisation sur la corde raide, la communication télépathique, la réactivité instantanée, du rock l’énergie, le n’roll, l’attitude, de l’électro les sons, les rythmes. Loin d’un fourre-tout habilement troussé, le résultat est une musique vraie qui touche tous les publics, enfin presque. Disons la génération des jazzeux actuels, ouverts, curieux, sensibles aussi à d’autres formes de musique, privilégiant le fond en appréciant la forme.

EST c’est joli, raffiné, délicat, mais aussi puissant, couillu, agressif, toujours très intense. C’est plein d’électronique, mais ça sonne très acoustique. Ça ne sonne finalement jamais que comme eux, pour la plus grande satisfaction de nos sens.